Le roi du Maroc réitère de plus ses deux mains tendues à l’Algérie

Le roi du Maroc Mohammad VI a réitéré « une fois de plus » ses deux mains tendues à l’Algérie, malgré la rupture des relations entre les deux voisins maghrébins, lors du discours traditionnel marquant l’anniversaire de son accession au trône. « Nous aspirons à œuvrer avec la présidence algérienne pour que le Maroc et l’Algérie puissent travailler, main dans la main, à l’établissement de relations normales entre deux peuples frères », a affirmé le souverain dans un discours radiotélévisé à la nation samedi soir. « Je souligne une fois de plus que les frontières qui séparent le peuple marocain et le peuple algérien frères ne seront jamais des barrières empêchant leur interaction et leur entente », a-t-il souligné, en exhortant les Marocains à « préserver l’esprit de fraternité, de solidarité et de bon voisinage à l’égard de nos frères algériens ».

L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021

L’an dernier, il avait déjà choisi de s’adresser à l’opinion algérienne, en pleine crise avec Alger. Mohammad VI s’est engagé à « trouver une issue à la situation actuelle et à favoriser le rapprochement et la compréhension entre les deux peuples ». L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021, accusant Rabat d’« actes hostiles ». Une décision « complètement injustifiée », selon Rabat. Le principal contentieux entre les deux poids lourds du Maghreb porte sur le territoire disputé du Sahara occidental. Le statut de cette ex-colonie espagnole, considérée comme un « territoire non autonome » par l’ONU, oppose depuis les années 1970 le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par Alger. Rabat, qui contrôle près de 80 % de ce territoire, prône un plan d’autonomie sous sa souveraineté. Le Polisario réclame un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’ONU.

Bouton retour en haut de la page