Le respect du droit à l’autodétermination condition de toute reprise des négociations avec le Maroc.

Sahara occidental 40
Sahara occidental 40

Le respect du droit à l’autodétermination condition de toute reprise des négociations avec le Maroc.

Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a déclaré qu’il était temps pour la France et pour l’Espagne de ramener le Maroc à la table des négociations avec les Sahraouis et à mettre fin à la guerre d’agression qui se poursuit depuis novembre dernier au Sahara occidental, conditionnant la reprise des négociations par le respect du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

« Je crois qu’il est temps pour la France, qui a un très grand rôle à jouer dans le dossier sahraoui, et pour l’Espagne, qui est toujours la puissance administrante du Sahara occidental aux yeux des Nations unies, de jouer le rôle qui leur revient en ramenant le Maroc à la table des négociations mais surtout en faisant en sorte que le Maroc sorte de cette guerre d’agression contre un pays voisin, la République sahraouie », a indiqué le chef de la diplomatie sahraoui, dans un entretien à la chaîne d’information France 24. Selon lui, la « complicité » de certains pays avec le Maroc va malheureusement faire du mal aussi bien à ce pays qu’à se s amis. « Je crois qu’être un bon ami du Maroc, comme l’est la France, c’est de le faire sortir de cette guerre. Hassan II était un homme intelligent, il a fait la guerre mais quand il a vu que cela ne marchait pas, il a fait machine arrière et a accepté le référendum d’autodétermination. Mohamed VI a continué la guerre, a renié les engagements pris par le Maroc durant le règne de son père », a-t-il soutenu. Le chef de la diplomatie sahraouie a souligné qu’il y avait un espoir de solution négociée sur la base de ce que prévoient l’Union africaine (UA) et les Nations unies.

 lexpressiondz