Le Polisario veut profiter du coup de froid dans les relations franco-marocaines

Le Polisario veut profiter du coup de froid dans les relations franco-marocaines

Le Polisario compte profiter du coup de froid dans les relations franco-marocaines, en exhortant la France à s’engager dans un règlement de la question du Sahara, conformement à la «légalité internationale». Des appels qui coïncident avec la visite de hauts reponsables français en Algérie.

Publié dans yabiladi le 12/10/2022 à 23h33 par Mohammed Jaabouk

Le Polisario adresse un nouvel appel direct à la France pour qu’elle joue un rôle décisif dans le règlement de la question du Sahara occidental. «Il est temps pour la France et l’Union européenne en général d’être des acteurs efficaces, en vue de parvenir à une solution juste et durable au conflit du Sahara occidental, dans la cadre de la légalité internationale et tenant compte des intérêts et des aspirations des peuples de l’Europe et de la région, au service de la paix, la sécurité, le progrès et la prospérité», a déclaré Brahim Ghali dans un discours prononcé ce mercredi à l’occasion d’une fête du Polisario.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le mouvement séparatiste courtise la France. Dans un appel adressé au Conseil de sécurité, le 25 août, l’invitant à «assumer sa responsabilité», le bureau permanent du secrétariat général du Polisario avait mis en exergue «le rôle que certaines forces influentes au niveau du conseil, comme la France, doivent jouer, afin d’instaurer une paix juste et définitive, qui consacre la légitimité internationale, en permettant au peuple sahraoui d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination».

Des appels qui coïncident avec la visite d’officiels français à Alger

Les messages du Polisario destinés à Paris coïncident avec les déplacements de hauts responsables français en Algérie. Le premier datant du 25 août est intervenu alors que le président Emmanuel Macron commençait une visite d’Etat de trois jours chez le voisin de l’Est. Le deuxième est lancé au lendemain de la tenue, les 10 et 11 octobre à Alger, de la 5e session de leur Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN). La déclaration conjointe publiée, hier, au terme de la réunion franco-algérienne s’est prononcée, d’ailleurs, pour un «règlement de ce conflit, conformément à la légalité internationale». Les deux parties ont apporté aussi leur «soutien à la mission de Staffan de Mistura, Envoyé personnel du Secrétaire Général des Nations unies pour le Sahara occidental, ainsi qu’à la Mission des Nations unies pour l’Organisation d’un Référendum au Sahara occidental (MINURSO)».

Pour rappel en avril 2021, le Polisario n’avait pas hésité à accuser «la France de l’échec du plan de paix de l’ONU» et «d’avoir empêché l’élargissement du mandat de la MINURSO à la surveillance des droits de l’Homme» dans la province. Mais à la faveur du rapprochement franco-algérien et du coup de froid sur les relations entre Rabat et Paris, le Polisario souhaite tirer profit de ce contexte géopolitique, d’autant qu’il enregistre de nouvelles adhésions à ses positions, notamment dans les rangs d’organisations agricoles françaises.

Si la direction du Polisario se montre désormais indulgente avec la France, Brahim Ghali a dénoncé, dans son discours du 12 octobre, le soutien de Pedro Sanchez à «la politique d’expansion et d’agression menée par l’État d’occupation marocain au Sahara occidental et dans toute la région». «L’Espagne ne peut se soustraire à sa responsabilité juridique, politique et morale dans la décolonisation du Sahara occidental, et ce en remplissant ses engagements et ses devoirs de puissance coloniale et administrante afin que le peuple sahraoui puisse exercer son droit à l’autodétermination et à l’indépendance», a-t-il souligné.

Source : yabiladi

Bouton retour en haut de la page