Le ministère s’attelle à l’exécution d’un ambitieux plan pour le renforcement du système éducatif.

10 05 2021 M 012
10 05 2021 M 012

Le ministre de l’Education nationale : Le ministère s’attelle actuellement à l’exécution d’un ambitieux plan pour le renforcement du système éducatif

L’Assemblée Nationale a consacré la séance plénière tenue lundi à Nouakchott sous la présidence de M. Cheikh Ould Baya, son président, aux réponses du ministre de l’Éducation nationale, de la Formation technique et de la Réforme, M. Mohamed Melaïnine Ould Eyih, à la question orale qui lui est adressée par le député Mohamed Lemine Sidi Maouloud, relative à la situation des ressources humaines au sein du système éducatif mauritanien.

Dans sa question, le député a insisté sur la nécessité de développer le système éducatif, précisant que parmi les priorités pour cela figure l’amélioration des conditions du personnel de l’éducation.

Il a ajouté qu’il faut accorder beaucoup d’intérêt à ce personnel, notamment aux professeurs contractuels.

Le député a en outre souligné dans sa question que le pays a besoin de recruter davantage de professeurs pour répondre aux besoins.

Il s’est demandé pourquoi les contractuels ne sont pas recrutés et pourquoi leurs conditions de vie ne sont pas améliorées pour leur permettre de s’acquitter convenablement de leur tâche.

Dans sa réponse, le ministre de l’Éducation nationale a indiqué que la situation dans laquelle se trouvait le système éducatif à l’investiture du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani était marquée par l’anarchie, soulignant que la carte scolaire était mal organisée et que les mutations et la promotion ne répondaient à aucun critère.

Il a aussi indiqué que l’infrastructure scolaire aussi était modeste, précisant que 50 % des salles de classes étaient dans un état lamentable et qu’il fallait construire 3600 salles pour que tous les élèves du fondamental soient accueillis, que 80 établissements d’enseignement secondaire ne disposaient pas de locaux et occupaient des locaux loués par les parents d’élèves , que le déficit en tables était estimé à 70 000, cela en plus du fait que les résultats des examens étaient loin d’être satisfaisants.

Il a noté que pour trouver des solutions à ces problèmes, le gouvernement a engagé une concertation nationale sur la réforme qui aura lieu très bientôt, sur la base de laquelle un plan décennal de développement du secteur de l’éducation nationale sera mis en place.

Le ministre a également précisé que son département a mené un certain nombre de mesures de nature à améliorer le rendement du secteur éducatif, citant parmi elles, la révision des programmes scolaires, l’impression des livres scolaires, le lancement d’un plan ambitieux de construction de 2000 salles de classes et l’organisation d’un concours pour le recrutement de 5000 enseignants pour compenser le manque constaté. Il a précisé que les candidats se sont présentés sur la base de conditions claires et qu’ils connaissaient au préalable toutes les clauses du contrat conclu avec eux. Ce concours, a-t-il dit, a permis de recruter 4000 enseignants dont 3000 ont rejoint les classes.

Il a en outre précisé qu’en plus de ces derniers, 2800 professeurs stagiaires ont été recrutés et sont actuellement en cours de formation.

Le ministre a noté qu’en plus, 1595 autres enseignants sortants des écoles normales des instituteurs et de l’école normale supérieure ont été recrutés au cours des deux dernières années, soulignant qu’au cours de l’année 2023, le système éducatif aura bénéficié de 8500 instituteurs et professeurs.

Il a précisé que ces recrutements s’inscrivent dans le cadre de l’engagement du Président de la République à recruter 6000 enseignants. Cet engagement a été atteint et même dépassé a dit le ministre.

Le ministre a en outre indiqué que 60 élèves inspecteurs de l’enseignement fondamental et 62 élèves inspecteurs de l’enseignement secondaire, 10 inspecteurs pour l’enseignement technique et 100 professeurs pour les écoles normales des instituteurs ont été recrutés

Le ministre a noté que l’augmentation de la masse salariale du ministère est de 14 milliards MRO au cours des deux dernières années ; elle est passée de 49 milliards en 2019 à 63 milliards en 2021, soit une augmentation de 7 milliards par an.

Il a précisé que les améliorations ont aussi concerné l’augmentation de l’indemnité d’éloignement de 50 %, et l’augmentation de la prime de craie qui s’étend sur les 12 mois de l’année au lieu des 9 mois de l’année scolaire, l’augmentation de l’indemnité d’encadrement pour les inspecteurs de 10 000 MRO. Il a aussi souligné que le ministère a entamé la restructuration des écoles normales des instituteurs ainsi qu’un programme de formation des formateurs.