Le Maroc mène une guerre au Sahara Occidental pour ses phosphates

sahara le polisario veut rompre le cessez le feu et ferme el guerguerat e1609518468254
sahara le polisario veut rompre le cessez le feu et ferme el guerguerat e1609518468254

Le Maroc mène une guerre au Sahara Occidental pour ses phosphates.

En novembre 2020, le gouvernement marocain a envoyé ses militaires dans la région de Guerguerat, une zone tampon entre le territoire revendiqué par le Royaume du Maroc et la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Le poste frontière de Guerguerat se trouve à l’extrémité sud du Sahara Occidental, le long de la route qui va vers la Mauritanie. La présence de troupes marocaines « dans la bande tampon de la région de Guerguerat » a violé le cessez-le-feu de 1991 convenu par la monarchie marocaine et le Front Polisario des Sahraouis. Cet accord de cessez-le-feu a été conçu avec l’hypothèse que les Nations Unies organiseraient un référendum au Sahara occidental pour décider de son sort ; aucun référendum de ce type n’a eu lieu et la région existe en stase depuis trois décennies maintenant.

À la mi-janvier 2022, les Nations unies ont envoyé son envoyé personnel pour le Sahara occidental Staffan de Mistura au Maroc, en Algérie et en Mauritanie pour entamer un nouveau dialogue « vers une reprise constructive du processus politique sur le Sahara occidental ». De Mistura était auparavant délégué pour résoudre les crises des guerres américaines en Afghanistan, en Irak et en Syrie ; aucune de ses missions ne s’est bien terminée et ont pour la plupart été des causes perdues. L’ONU a nommé jusqu’à présent cinq envoyés personnels pour le Sahara occidental – dont Mistura – à commencer par l’ancien secrétaire d’État américain James Baker III, qui a servi de 1997 à 2004. De Mistura, quant à lui, a succédél’ancien président allemand Horst Köhler, qui a démissionné en 2019. La principale réalisation de Köhler a été d’amener les quatre principaux partis – le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie – à une première table ronde à Genève en décembre 2018 : ce processus de table ronde a abouti à un peu de progrès, où tous les participants se sont mis d’accord sur « la coopération et l’intégration régionale », mais aucun progrès supplémentaire ne semble avoir été fait pour résoudre les problèmes dans la région depuis lors. Lorsque l’ONU a initialement proposé la nomination de De Mistura à ce poste, le Maroc avait d’abord résisté à sa nomination, mais sous la pression de l’Occident, le Maroc a finalement accepté sa nomination en octobre 2021, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita saluant à Rabat le 14 janvier. De Mistura a également rencontré le représentant du Front Polisario auprès de l’ONU à New York le 6 novembre 2021, avant de rencontrer d’autres représentants à Tindouf, en Algérie, dans les camps de réfugiés sahraouis en janvier. On s’attend très peu à ce que ces réunions aboutissent à une solution productive dans la région.

Accords d’Abraham

En août 2020, le gouvernement des États-Unis a orchestré un exploit diplomatique majeur appelé les accords d’Abraham . Les États-Unis ont conclu un accord avec le Maroc et les Émirats arabes unis pour accepter un rapprochement avec Israël en échange de la vente d’armes par les États-Unis à ces pays ainsi que de la légitimation par les États-Unis de l’annexion du Sahara occidental par le Maroc. Les ventes d’armes portaient sur des montants considérables : 23 milliards de dollars d’ armes aux Émirats arabes unis et 1 milliard de dollars de drones et de munitions au Maroc. Pour le Maroc, le prix principal était que les États-Unis – brisant des décennies de précédent – ont décidé de soutenir leur revendication sur le vaste territoire du Sahara occidental. Les États-Unis sont désormais le seul pays occidental à reconnaître la revendication de souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

Lorsque le président Joe Biden a pris ses fonctions en janvier 2021, on s’attendait à ce qu’il réexamine certaines parties des accords d’Abraham. Cependant, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a clairement indiqué lors de sa rencontre avec Bourita en novembre 2021 que le gouvernement américain continuerait de maintenir la position prise par la précédente administration Trump selon laquelle le Maroc a la souveraineté sur le Sahara occidental. Les États-Unis, quant à eux, ont poursuivi leurs ventes d’armes au Maroc mais ont suspendu les ventes d’armes aux Émirats arabes unis.

Phosphates

Fin novembre 2021, le gouvernement marocain a annoncé avoir gagné 6,45 milliards de dollars grâce à l’exportation de phosphate du royaume et du territoire occupé du Sahara occidental. Si vous additionnez les réserves de phosphate dans toute cette région, cela représente 72 % de l’ensemble des réserves de phosphate dans le monde (le deuxième pourcentage le plus élevé de ces réserves se trouve en Chine, qui en possède environ 6 %). Le phosphate, avec l’azote, fait de l’engrais synthétique, un élément clé de la production alimentaire moderne. Alors que l’azote est récupérable de l’air, les phosphates, présents dans le sol, sont une réserve finie. Cela donne au Maroc une mainmise sur la production alimentaire mondiale. Il ne fait aucun doute que l’occupation du Sahara occidental n’est pas simplement une question de fierté nationale, mais c’est en grande partie la présence d’un grand nombre de ressources – en particulier les phosphates – qui peuvent être trouvées sur le territoire.

En 1975, une délégation de l’ONU qui s’est rendue au Sahara Occidental a noté qu ‘«à terme, le territoire sera parmi les plus grands exportateurs de phosphate au monde». Alors que les réserves de phosphate du Sahara Occidental sont inférieures à celles du Maroc, la société d’État marocaine OCP SA exploite le phosphate au Sahara Occidental et fabrique des engrais phosphatés à grand profit. La mine la plus spectaculaire du Sahara occidental se trouve à Bou Craa, d’où proviennent 10 % des bénéfices d’OCP SA ; Bou Craa, qui est connu comme « le système de bande transporteuse le plus long du monde », transporte la roche phosphatée sur plus de 60 milles jusqu’au port d’El Aaiún. En 2002, le sous-secrétaire général de l’ONU aux affaires juridiques de l’époque, Hans Corell,a noté dans une lettre au président du Conseil de sécurité de l’ONU que « si de nouvelles activités d’exploration et d’exploitation devaient se poursuivre au mépris des intérêts et des souhaits du peuple du Sahara occidental, elles violeraient les principes du droit international applicables à activités liées aux ressources minérales dans les territoires non autonomes. Une campagne internationale visant à empêcher l’extraction du « phosphate du conflit du Sahara Occidental par le Maroc » a conduit de nombreuses entreprises à travers le monde à cesser d’acheter du phosphate à OCP SA. Nutrien, le plus grand fabricant d’engrais aux États-Unis qui utilisait des phosphates marocains, a décidé d’arrêter les importations en provenance du Maroc en 2018. Cette même année, le tribunal sud-africain a contesté le droit des navires transportant du phosphate de la région d’accoster dans leurs ports, jugeant que « les expéditeurs marocains du produit n’y avaient aucun droit légal ».

Seules trois entreprises connues continuent d’acheter du phosphate de conflit extrait au Sahara Occidental : deux de Nouvelle-Zélande (Ballance Agri-Nutrients Limited et Ravensdown) et une d’Inde (Paradeep Phosphates Limited).

Droits humains

Après le cessez-le-feu de 1991, l’ONU a mis en place une Mission pour le référendum au Sahara occidental ( MINURSO ). C’est la seule force de maintien de la paix de l’ONU qui n’a pas pour mandat de faire rapport sur les droits de l’homme. L’ONU a fait cette concession pour apaiser le Royaume du Maroc. Le gouvernement marocain a tenté d’intervenir à plusieurs reprises lorsque l’équipe de l’ONU au Sahara occidental a tenté de faire le moindre bruit sur les violations des droits de l’homme dans la région. En mars 2016, le royaume a expulsé le personnel de la MINURSO parce que le secrétaire général de l’ONU de l’époque, Ban Ki-moon, avait qualifié la présence marocaine au Sahara occidental d’« occupation ».

La pression des États-Unis va garantir que le seul résultat réaliste des négociations soit le maintien du contrôle marocain du Sahara Occidental. Toutes les parties impliquées dans le conflit se préparent au combat. Loin de la paix, les accords d’Abraham vont accélérer le retour à la guerre dans cette partie de l’Afrique.

Par Vijay Prashad

Biographie de l’auteur :

 Cet article a été réalisé par Globetrotter . Vijay Prashad est un historien, éditeur et journaliste indien. Il est rédacteur et correspondant en chef chez Globetrotter. Il est rédacteur en chef de LeftWord Books et directeur de Tricontinental : Institute for Social Research . Il est chercheur principal non résident à l’ Institut Chongyang d’études financières de l’Université Renmin de Chine. Il a écrit plus de 20 livres, dont The Darker Nations et The Poorer Nations . Son dernier livre est Washington Bullets , avec une introduction par Evo Morales Ayma.

Source : Globetrotter

anti-k