Le juriste mauritanien, Takioullah Eidda dénonce le chantage marocain

169994836 2115050242
169994836 2115050242

Le juriste mauritanien, Takioullah Eidda  dénonce le chantage marocain

«La Mauritanie n’a pas à se justifier pour les choix qu’elle fait dans ses relations avec les autres, y compris avec les Sahraouis», a indiqué le juriste mauritanien Takioullah Eidda, en réponse à la déclaration faite, dernièrement, par le Premier ministre marocain, et selon lequel la neutralité dans le conflit du Sahara occidental n’était plus acceptable.

«La Mauritanie comme maillon faible de la région, appartient au passé, un passé caractérisé, il est vrai, par beaucoup d’erreurs de jugement et de choix de ses dirigeants (…) J’ajouterai que cette Mauritanie faible appartient à ce passé composé d’un ensemble de stratégies et de mauvais calculs concoctés par le Maroc et uniquement par lui et ce, depuis l’indépendance», a indiqué le juriste dans une tribune publiée sur le site mauritanien «Aqlame». «En tout cas, en ce qui concerne la Mauritanie, je suis entièrement d’accord avec l’affirmation (du Premier ministre marocain), laquelle en dit long sur l’aveuglement et l’arrogance diplomatique, ô combien insolents, du Maroc», assure l’avocat. «Si le Maroc en veut à la Mauritanie pour ses relations avec les Sahraouis, eh bien il doit intégrer, une bonne fois pour toute, que Mauritaniens et Sahraouis sont des parents», soutient-il. «En 1989, le Maroc a déclaré, devant la communauté internationale, qu’il est le ‘’FRERE’’ du Sénégal et ‘’l’AMI’’ de la Mauritanie ! Soit ! Alors, pourquoi la Mauritanie ne peut-elle pas dire aujourd’hui, avec fierté, que les Sahraouis font partie d’elle-même et qu’il est de son devoir de les soutenir dans l’affirmation de leur droit de choisir leur destin ?», s’interroge l’auteur de l’article. «La Mauritanie ne peut plus végéter dans cette neutralité stérile et contreproductive, alors que le conflit altère sérieusement ses horizons et compromet dangereusement son développement économique et social», affirme Takioullah Eidda. Il estime que la neutralité par rapport à la question du Sahara occidental «a démontré son hypocrisie, sa fausseté, son inefficacité, ses limites» et a été «en fin de compte dépassée par la réalité géopolitique de la sous-région, dans laquelle la Mauritanie jouit aujourd’hui d’un nouveau statut par opposition au statut de ‘’maillon faible’’ qu’elle  était».

Selon lui, se défaire de ce statut passe par l’adoption d’une diplomatie plus active à même de faire sortir la Mauritanie de «cette neutralité devenue caduque et paralysante». «Oui, il faut rompre définitivement avec ce statu quo diplomatique, lequel est manifestement entravé par le Maroc et ses chantages répétés, dont l’objectif avoué est de museler les initiatives de la Mauritanie», a-t-il recommandé.

Nouvelles offensives contre les forces d’occupation marocaine

Des unités de l’Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont mené de nouvelles attaques contre les retranchements de l’armée d’occupation marocaine le long du mur de la honte, a indiqué, vendredi, un communiqué du ministère sahraoui de la Défense.  Selon le communiqué militaire N°198 rapporté par l’Agence de presse sahraouie (SPS), «des détachements avancés de l’APLS ont bombardé, jeudi, des retranchements de l’armée d’occupation dans la région de ‘’Djebilet El Khodr’’ (secteur de Guelta), précise la même source.  Vendredi dernier, «l’armée sahraouie a également mené des bombardements contre les positions marocaines dans la région d’Akouira Ould Ablal (secteur de Mahbes)».

APS