Le directeur de la coopération militaire russe en Algérie: Une visite et des questions

Le directeur de la coopération militaire russe en Algérie: Une visite et des questions
Publié dans maroc-hebdo par Wissam El Bouzdaini le 14-11-2022
L’Algérie continue d’afficher sa proximité avec la Russie au grand jour. Ce jeudi 10 novembre 2022, le chef d’état-major de l’armée nationale populaire (ANP) algérienne, le général Saïd Chengriha, a reçu à Alger le directeur du service fédéral de la coopération militaire et technique du pays eurasiatique, Dimitri Chougaev. Ce dernier s’est ainsi trouvé dans la capitale de la voisine de l’Est “dans le cadre de l’exécution du programme de coopération militaire bilatérale algéro-russe”, selon ce qu’a détaillé l’agence Algérie presse service (APS) dans la foulée. “Cette rencontre a permis aux deux parties de passer en revue l’état de la coopération militaire bilatérale et les voies de sa diversification aux domaines d’intérêt commun,” a poursuivi la même source.

Le déplacement de M. Chougaev en Algérie intervient surtout, et cela l’APS ne l’a pas mentionné, à quelques jours de l’exercice militaire algéro-russe “Bouclier du désert”, qui doit se dérouler du 16 au 28 novembre 2022 au niveau de la wilaya algérienne de Béchar et plus précisément du village de Hammaguir, qui compte une caserne de l’ANP. Lequel village de Hammaguir se trouve, soit dit en passant, à moins de 80km de la frontière maroco-algérienne; ce qui fait penser à beaucoup d’observateurs que “Bouclier du désert” est dirigé non contre les organisations terroristes actives dans le Sud algérien, comme le prétendent l’Algérie et la Russie -qui a réitéré, le 28 septembre 2022 par le biais de son ministère des Affaires étrangères, que c’était le cas-, mais contre le Maroc. En tout cas, le Royaume doit sans doute surveiller de près l’activisme russe en Algérie, de même que, comme on pourrait s’y attendre, ses partenaires occidentaux, à commencer par les États-Unis.

Si ces derniers ne se sont pas, pour l’heure, prononcés au niveau de leur administration sur les relations qu’entretiennent l’Algérie et la Russie, le Congrès du pays de l’oncle Sam a, lui, vu le sénateur Marco Rubio, le 15 septembre 2022, puis deux semaines plus tard vingt-sept députés menés par la démocrate Lisa McClain, appeler à des sanctions envers le régime algérien en raison notamment de sa poursuite de l’achat d’armements russes. Ce qui est passible, sous les auspices de la fameuse loi CAATSA, adoptée en août 2017 par l’administration Donald Trump, de sanctions de la part des États-Unis.

En même temps, il faut souligner que le général Belkhir El Farouk, l’inspecteur général des Forces armées royales (FAR) et commandant de la zone Sud, vient de coprésider le 8 novembre 2022 à Washington avec le secrétaire d’État américain à la Défense, Lloyd Austin, le 12ème comité consultatif de défense Maroc-États-Unis. A cette occasion, le général Belkhir “s’est félicité”, selon ce qu’a rapporté l’agence Maghreb arabe presse (MAP), “de l’excellence et du caractère exceptionnel de la coopération maroco-américaine et de son bilan positif aussi bien en matière de formation et d’entraînement conjoint que de fourniture d’équipements et de matériels de guerre performants avec l’accompagnement nécessaire”. Le 17 octobre 2022, le responsable marocain avait par ailleurs reçu au côté du ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi, le tout nouveau commandant du commandement américain pour l’Afrique, “Africom”, à savoir Michael Langley, qui avait alors mis en exergue “l’engagement américano-marocain à soutenir la paix et la sécurité régionales”.

Source : maroc-hebdo

Bouton retour en haut de la page