Le classement moyen des pays arabes dans l’indice de garantie des investissements a diminué

Le classement moyen des pays arabes dans l’indice de garantie des investissements a diminué

La Société arabe pour la garantie des investissements et des crédits à l’exportation (Dhaman) a annoncé que le classement arabe moyen dans l’indice combiné « Dhaman » des composantes du climat d’investissement dans les pays arabes pour l’année écoulée a chuté à la 104e place mondiale, 25 places derrière la moyenne mondiale.
. La Fondation a expliqué à l’ouverture du 39e rapport annuel sur le climat d’investissement dans les pays arabes pour l’année en cours, qu’elle a lancé aujourd’hui lundi depuis son siège dans l’État du Koweït, que la légère baisse de l’indice, qui couvre 158 pays, dont 21 pays arabes, et est basé sur 190 indices composites et sous-indices émis par 33 organismes internationaux.
Selon l’institution, le groupe d’indicateurs de performance économique composé de 14 indices principaux et sous-indices a connu une baisse du classement moyen des pays arabes de 3 places à la 92e place mondiale, en raison de la baisse du classement moyen en 4e position.
Quant au groupe d’indicateurs de performance politique et sécuritaire composé de 37 indicateurs principaux et sous-indicateurs, le classement moyen des pays arabes a chuté d’une place pour atteindre la 108e place mondiale, en raison de la baisse d’un certain nombre d’indicateurs d’évaluation des risques, allant de deux et cinq places.
Dans un groupe d’indicateurs de l’environnement législatif et réglementaire composé de 55 indices principaux et sous-indices, le classement moyen des pays arabes a connu une amélioration de 3 places pour atteindre la 99e place mondiale, restant en dessous du classement mondial moyen, grâce à l’amélioration des indicateurs.
En ce qui concerne le groupe d’indicateurs des facteurs de production, qui comprend 84 indices principaux et sous-indices, le classement moyen des pays arabes a connu une baisse de 4 places pour se situer au 105e rang mondial, en raison de la baisse du classement moyen dans les indicateurs de compétitivité et les indicateurs de préparation énergétique et gouvernementale à l’intelligence artificielle, et sa stabilité dans les indicateurs de développement durable, de connaissance et d’innovation, et son amélioration dans les indicateurs de services logistiques et de compétitivité des talents.
En termes de classement des pays arabes dans l’indice combiné du climat d’investissement pour l’année 2023, les pays du Conseil de coopération du Golfe arrivent en tête du classement arabe, les Émirats arabes unis occupant la première place dans le monde arabe et la 18e au niveau mondial, malgré une baisse.
Une place par rapport à l’indice 2022, et le Qatar se classe deuxième dans le monde arabe et 34e au niveau mondial, malgré une baisse de 3 places.
L’Arabie Saoudite s’est classée troisième dans le monde arabe et 36e au niveau mondial, malgré une baisse de deux places.
Puis Bahreïn s’est classé sixième dans le monde arabe et 59e au niveau mondial, tout en progressant de 5 places dans le classement mondial pour 2023.
Quant au groupe de pays comprenant le Maroc, la Jordanie, l’Algérie et l’Egypte, ils se classent respectivement au milieu du classement arabe et entre 82e et 103e au niveau mondial, soit mieux que la moyenne Arabe, malgré une baisse de leur classement mondial.
Le reste des pays arabes, dont la Tunisie, l’Irak, la Libye, Djibouti, la Mauritanie, le Liban, la Syrie, le Yémen, la Palestine, le Soudan et la Somalie, se classent respectivement entre 114 et 158 ​​au niveau mondial, ce qui signifie qu’ils sont inférieurs à la moyenne Arabe et proches du classement.
Le rapport indique que le résultat final des changements dans le statut des pays arabes dans les indicateurs internationaux s’est reflété négativement dans le coût des projets étrangers directs entrant dans la région, qui a diminué de 11 pour cent à 181 milliards de dollars en 2023, malgré l’augmentation du nombre de projets.
Ces projets étaient concentrés aux Émirats arabes unis, avec une part de 60 pour cent du nombre de projets, et en Egypte, avec une part de 22 pour cent du coût d’investissement, portant leur valeur cumulée dans la région au cours des 21 dernières années à 1,7 billion de dollars grâce à davantage de projets.

avec agences

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page