L’ancien président mauritanien comparaît devant le tribunal pour corruption

Mohamed Ould Abdel Aziz
Mohamed Ould Abdel Aziz

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a comparu aujourd’hui, mardi, devant des juges d’instruction spécialisés dans la lutte contre la corruption, pour l’entendre sur les charges qui l’entourent, notamment la corruption, le blanchiment d’argent, l’enrichissement illicite, le traffic d’influence et l’abus de pouvoir.

Le mois dernier, le pole en charge du dossier anticorruption du tribunal de Nouakchott a ouvert une enquête sur des accusations de corruption portées par le parquet sur 13 personnes issues du régime de l’ancien président, dont des hommes d’affaires et des membres de sa famille.

La convocation d’Ould Abdel Aziz intervient quelques jours après avoir annoncé son entrée dans la sphère politique par le biais du Parti national Ribat et publié une déclaration critiquant les conditions que traverse le pays.

Les forces de sécurité ont empêché les partisans de l’ancien président d’organiser un stand de solidarité avec lui et les ont dispersés par la force tout en fermant les passages menant au palais de justice de Nouakchott, où l’ancien président s’y trouvait.

Pendant ce temps, un membre du comité de défense d’Ould Abdel Aziz, Maître Mohamed Mamy Ould Moulaye Ely , a critiqué la convocation de l’ancien président pour interrogatoire devant l’équipe d’enquête aujourd’hui laquelle n’en a informé sa défense que le même jour.

La justice mauritanienne poursuit 13 personnes, notamment l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz, pour « corruption, blanchiment d’argent, traffic d’influence, enrichissement illicite ».

L’accusation a révélé le gel et la confiscation de biens volés pour un montant de 110 millions de dollars, dont 80 millions pour l’ancien président lequel nie ces accusations et confirme que sa poursuite est politique et que ses avoirs ont été considérablement gonflés.