L’ancien président Aziz : « le pays fait face à une conspiration et je suis prêt à aller en prison »

Mohamed Ould Abdel Aziz 5647895 e1624470916693
Mohamed Ould Abdel Aziz 5647895 e1624470916693

L’ancien président de la république, Mohamed O. Abdel Aziz qui tenait mercredi soir une conférence de presse au siège de son nouveau parti, RIBAT, a déclaré qu’une conspiration est actuellement en train d’être tissée par la majorité présidentielle et l’opposition.

Il a déclaré que l’opposition, sous son régime, bougeait pour la chose la plus simple, alors qu’elle conspire actuellement avec le pouvoir contre le peuple.

Ould Abdel Aziz a critiqué l’action de la majorité des départements ministériels au cours des deux dernières années.

Il a ajouté que le budget de la présidence de la république a doublé afin de taire les partis politiques, notamment l’opposition de même que l’assemblée nationale pour taire les députés, ajoutant qu’il y a une tentative de faire plaisir à tout le monde sur le compte du peuple.

L’ancien président a réaffirmé qu’il persistait dans son choix politique, ajoutant qu’il était prêt à aller en prison et qu’il ne quittera pas le pays.

Au cours de sa conférence de presse ould Abdel Aziz a refusé d’évoquer l’origine de sa fortune, ajoutant qu’il le fera dans le lieu et le moment appropriés.

Il a déclaré que depuis son départ de la présidence il n’avait reçu ni sa retraite, ni ses salaires d’ancien chef d’état, précisant que le gouvernement a saisi tous ses biens, ceux de ses proches et son environnement.

Ould Abdel Aziz a rejeté la décision créant la commission d’enquête parlementaire avant de renouveler son attachement à l’article 93 de la constitution qui lui confère une immunité contre toute poursuite, même après son départ de la présidence, regrettant cependant son existence car il souhaitait pouvoir s’exprimer.

L’ancien président fait face à un certain nombre d’accusations dont notamment le trafic d’influence, l’enrichissement illicite et blanchiment d’argent.

Sahara Medias