L’Algérie se dit prête à fournir plus de gaz à l’UE « en cas de difficultés » liées à la guerre en Ukraine

Algerie sonatrach e1646045144998
Algerie sonatrach e1646045144998

L’Algérie se dit prête à fournir plus de gaz à l’UE « en cas de difficultés » liées à la guerre en Ukraine

Plusieurs pays européens dépendent fortement de la Russie pour leurs importations de gaz.

Le siège de Sonatrach, à Alger, en novembre 2019.F RAMZI BOUDINA / REUTERS

Sonatrach, le géant public algérien des hydrocarbures, est prêt à fournir davantage de gaz à l’Europe, en cas de baisse des exportations russes liée à la crise ukrainienne, en l’acheminant notamment via le gazoduc Transmed reliant l’Algérie à l’Italie, a affirmé son patron, dimanche 27 février.

Sonatrach est « un fournisseur fiable de gaz pour le marché européen et est disposé à soutenir ses partenaires de long terme en cas de situations difficiles », a déclaré son PDG, Toufik Hakkar, au quotidien Liberté. L’Europe est le « marché naturel de prédilection » pour l’Algérie, qui contribue actuellement à hauteur de 11 % à ses importations de gaz, a-t-il souligné.

Des apports supplémentaires en gaz naturel ou gaz naturel liquéfié (GNL) restent néanmoins tributaires de la « disponibilité de volumes excédentaires après satisfaction de la demande du marché national » et des « engagements contractuels » envers les partenaires étrangers, a-t-il ajouté. Sonatrach « dispose d’une capacité non utilisée sur le gazoduc Transmed », qui pourrait servir à « augmenter les approvisionnements du marché européen », selon M. Hakkar. Ce gazoduc peut transporter jusqu’à 32 milliards de mètres cubes par an, soit quatre fois plus que le gazoduc Medgaz qui alimente l’Espagne.

« Deux ou trois milliards de mètres cubes de plus »

« L’Algérie exporte un maximum de 22 milliards de mètres cubes via le gazoduc Transmed », ce qui laisse une capacité de 10 milliards de mètres cubes à exporter, a précisé à l’AFP Abdelmajid Attar, ancien ministre algérien de l’énergie et ancien PDG de Sonatrach. Le gaz pourrait également être liquéfié et envoyé à travers des méthaniers, sachant que « les unités de liquéfaction qui existent en Algérie ne sont exploitées qu’à 50/60 % de leurs capacités », selon M. Attar. Toutefois, l’Algérie ne pourrait pas à elle seule « compenser la baisse d’approvisionnement en gaz russe », indique l’expert, estimant qu’elle pourrait « fournir à l’UE 2 ou 3 milliards de mètres cubes de plus » au grand maximum.

Mais à « moyen terme, dans quatre ou cinq ans, l’Algérie pourra envoyer de plus grandes quantités », poursuit M. Attar, jugeant nécessaire au préalable de « développer de nouvelles réserves essentiellement constituées de gaz non conventionnel » (gaz de schiste). L’Algérie prévoit d’investir 40 milliards de dollars (environ 35,5 milliards d’euros) entre 2022 et 2026 dans l’exploration, la production et le raffinage de pétrole, ainsi que dans la prospection et l’extraction de gaz.

Une réunion extraordinaire du conseil des ministres européens chargés de l’énergie doit se tenir à Bruxelles, lundi, alors que plusieurs pays européens dépendent fortement de la Russie pour leurs importations de gaz.

Le Monde avec AFP