La haine viscérale du Président Tebboune et des Généraux algériens à l’encontre du Maroc et de son Peuple mise à nue.

A Tebboune
A Tebboune

La haine viscérale du Président Tebboune et des Généraux algériens à l’encontre du Maroc et de son Peuple mise à nue.

A la veille de l’Aïd El Fitr, Fête religieuse qui clos la fin du mois de Ramadan, de nombreux parents et amis de jeunes Marocains ont organisé, le 11 mai 2021, un sit-in devant le Consulat Général algérien à Oujda, ville orientale marocaine, pour protester contre leur emprisonnement depuis de nombreux mois en Algérie et exiger leur libération immédiate.

A rappeler que près d’une trentaine de jeunes Marocains sont détenus à Oran dans des conditions inhumaines et seraient au bord du suicide avoir été arrêtés en pleine mer par les autorités algériennes au moment où ils tentaient de rejoindre les rives européennes.

Maintenir ces jeunes Marocains en détention, dont certains ont entamé une grève de la faim, est contraire aux législations internationales et s’inscrit dans une logique de vengeance dans laquelle s’est installée le régime algérien dans ses relations avec le Maroc.

De plus, la séquestration de ces jeunes Marocains, dans le contexte actuel de tension entre les deux pays, est aussi à lier à l’affaire de la spoliation, par l’armée algérienne, des terres de l’oasis d’El Arjat, près de Figuig, ville du Sud du Maroc.

Autre fait marquant de l’hostilité du régime algérien envers le Maroc est la menace du Président algérien à l’encontre de toute entreprise algérienne qui traiterait avec le Maroc.

En effet, dans un document distribué en catimini le 25 avril 2021 et éventé le 09 mai 2021 aux membres du Gouvernement algérien par le Président Tabboune, il y est stipulé à ses Ministres et aux entreprises algériennes, publiques ou privées, de rompre immédiatement tous les contrats signés avec des entreprises marocaines.

Ce document porte bizarrement la mention « Instruction Présidentielle n° 01 », comme si Tebboune venait juste d’accéder à la fonction de Président, alors qu’il est à la tête de l’Algérie depuis maintenant 17 mois.

Cette nouvelle Instruction Présidentielle est non seulement scandaleuse dans son contenu et sa forme, mais donne clairement la preuve qu’Abdelmadjid Tebboune occupe un poste trop grand pour lui. Car signer un acte de ce genre est indigne d’un Chef d’Etat. Même un Wali (Préfet) y aurait trouvé à redire. Mais décidément les longues années que Tebboune a passées en tant que Wali déterminent sa façon de travailler, même quand il a été catapulté Chef d’Etat.

Plus scandaleux encore, Tebboune a décrété dans son instruction que le non-respect de la rupture des contrats dans un délai de 10 jours exposera les contrevenants à de lourdes sanctions pénales pour cause d’atteinte à la sécurité de l’Etat et autres concussions et complicités avec l’ennemi.

Tebboune blâme, Tebboune menace, Tebboune crie, Tebboune gesticule, mais Tebboune ne décide pas. Car cette sortie intempestive cache une crise d’autorité que le Président illégitime et impopulaire a bien du mal à cacher.

Quoiqu’il en soit, cette instruction est à l’image du mandat d’un Président qui gouverne par des instructions péremptoires, laissées souvent sans suite. Et même quand l’Exécutif tend à honorer l’ordre Présidentiel, il le fait seulement pour la photo, à l’instar de l’instruction donnée par Tebboune le 20 décembre 2020 pour lancer la campagne de vaccination avant le 31 janvier 2021. Ce 12 mai 2021, la campagne de vaccination n’est toujours pas effective en Algérie et aucun chiffre fiable n’est disponible sur le nombre d’Algériens qui ont reçu une dose contre la COVID-19. C’est tout dire !

Si Tebboune souffre d’une crise d’autorité, c’est que les Généraux décident presque de tout. L’Instruction Présidentielle n° 01 est le cri de rage d’un Président qui se sent très à l’étroit dans le petit espace que la junte militaire lui a laissé pour s’exprimer. Cette instruction 01 sera-t-elle suivie par des sœurs portant numéros 02, 03, etc… ? Rien n’est moins sûr, car les Généraux peuvent interdire à Tebboune même le droit de crier sa rage dans des ordonnances qui couvrent l’Algérie de ridicule.

Dans quel autre pays du monde un Chef d’Etat descendrait-il aussi bas pour nommer des entreprises de son pays, certaines petites par leur taille, et les sommer comme un contremaître de résilier des contrats avec un fournisseur ? Tebboune doit se tourner les pouces et être bien oisif pour taper du poing sur la table en s’immisçant dans les choix des prestataires d’entreprises algériennes.

A noter que seuls les médias proches des services de l’armée algérienne ont largement repris et commenté cette décision du Président Tebboune.

Au fait, en ce jour béni de Fête du 13 mai 2021, le Président Tebboune et les Généraux algériens devraient faire leur prière de l’Aïd El Fitr, Fête marquant la fin du mois de jeûne, à la Grande Mosquée d’Alger qui a coûté près d’un milliard d’Euros et ce, alors que le peuple algérien crève la dalle.

A signaler que le Président Tebboune n’a pas présenté ses vœux au peuple algérien et encore moins décidé des mesures de grâce Présidentielle au profit de détenus comme le veut la tradition musulmane ou encore reçu les vœux du Gouvernement, des hauts responsables civils et militaires ainsi que du corps diplomatique musulman. Ce manquement expliquerait l’athéisme du Président algérien et de ses Généraux !

La photographie jointe à ce papier est plus que parlante sur la mainmise des militaires algériens sur le pouvoir civil et le Président Tebboune !

Farid Mnebhi.