La discrimination qui nous frappe durement avait – et a toujours – cours écrit Samba Thiam

Samba Thiam
Samba Thiam

Samba Thiam, le Président des FPC décrit et analyse la discrimination en Mauritanie, de même que ses manifestations dans différents domaines. A cœur ouvert, il explique  comment la discrimination se manifeste  dans son contexte actuel juridique et sociopolitique tout  en mettant en évidence l’effondrement progressif et désastreux dans une Mauritanie qui demeure « cabrée » sur la question des langues nationales. «Bref, la descente aux enfers continue de plus belle, par tous les moyens, dans la voie de l’assimilation, à marche forcée ! …», ce message franc fait la part belle du chauvinisme qui vise à séparer un groupe humain des autres.

Voici donc ici l’intégralité  du texte:

La discrimination qui nous frappe durement avait – et a toujours – cours dans les médias, l’Administration , l’enrôlement ,  la Justice , dans  les  école d’excellence et toutes ces  Ecoles spéciales ( l’Ecole de la magistrature , l’Ecole aéro-navale, l’Ecole de médicine, l’Ecole polytechnique, l’Ecole des mines, l’Ecole des officiers , le Prytanée militaire  ,) toutes monocolores . L’Université, en  voie d’arabisation, pousse dehors des Professeurs de formation francophone. Les Examens et Concours et les chapelets des nominés en conseils des ministres viennent boucler la boucle!  Depuis quelque temps cependant, cette discrimination, à l’allure de provocations outrancières, prend des proportions et une tournure inquiétantes, graves.

 Récemment le Professeur Gourmo Lo, Vice président de l’UFP a subi une humiliation –qu’il a lui-même rapportée- : Sommé de s’exprimer en arabe s’il ne voulait pas voir sa voiture immobilisée par  des agents de la circulation …l’incident passa presque inaperçu, sans susciter aucune protestation sérieuse. IL avait été précédé par celui d’un Député de la République (Sooninke)  qui s’est vu refuser de déposer sa plainte dans un Commissariat de police parce que celle-ci était rédigée en français. Là aussi rien ! Pratique, du reste, qui avait déjà cours dans l’Armée nationale depuis quelques années, imposée aux  officiers  et soldats négro-africains qui seraient tentés de rédiger une demande  en français, sous peine de subir des  arrêts de rigueur…L’Armée parle arabe, et rien qu’arabe  comme le secteur de la justice !

Ce type d’incident continua avec un ministre de la République-Mr Kane – qui, face aux parlementaires  se vit  rabroué, bruyamment, par un énergumène  s’opposant vivement à ce  qu’il s’exprimât en Français ! Pour la première fois on note zéro admis à l’ENS et à l’ENI, en filière  français…On invoque pour  justifier  l’échec la baisse de niveau, comme si celle-ci épargnait la filière arabophone!!!

Que dire, sinon que ces faits parlent d’eux-mêmes et que nous  assistons, de facto, à l’extinction progressive et programmée de la langue française, sans transition ! Comme  pour ôter rapidement et définitivement le pain de la bouche de ceux qui en usent comme langue de travail.  Extinction programmée, sans que rien ne soit fait, en retour, pour la promotion des autres langues nationales pulaar, sooninke, wolof ! 

L’aile chauvine de l’élite arabo-berbère, sourde et aveugle ,  dénie  toute  valeur aux  langues nationales  pulaar , soninké et wolof, et freine des quatre fers ; elle continue  de se cramponner, obstinément, au  projet funeste de  l’assimilation, sans en mesurer tous les dangers sur notre coexistence pacifique .Refusant de voir  qu’à côté , il y a  officialisation  du berbère ( l’Amazigh) par le Maroc et  l’Algérie , depuis  déjà quelques années . La France, aujourd’hui, vient de surmonter ses résistances jacobines ancestrales en s’engageant dans la voie  de  ‘’ la préservation  et  de la promotion des langues régionales ‘’. La Mauritanie, seule, reste  encore  cabrée  sur cette question.

 En lieu et place  de la  rupture attendue et souhaitée  après  l’ère Aziz, nous assistons plutôt, hélas, à une continuité du Système… le Danseur et le style ont changé certes, mais non la musique… C’était peut-être là  le sens du coup de gueule de  Maouloud, en conférence de presse ?

Bref, la descente aux enfers continue de plus belle, par tous les moyens, dans la voie de l’assimilation, à marche forcée ! Sans susciter, quasiment, la moindre réaction de la part de ‘’nos frères utérins ’’ Arabo-berbères, plus soucieux de compatir avec leurs frères de Palestine… Aucune indignation compatissante  à  nos douleurs , à l’exception d’une infime minorité d’hommes et de femmes, justes et honnêtes , au courage téméraire …  Mais le  plus déroutant dans tout ça demeure  ce silence même des  victimes – directes ou collatérales , internes ou externes – comme frappées d’hébétude, perdant  jusqu’à la capacité à s’indigner  !

La coupe est  pleine d’un présent amer d’injustices et de l’avenir confus … Ces mauritaniens Justes se doivent de se lever et sonner l’alerte, pour dire que la voie choisie, jusqu’es-là, est dangereuse et ne  menait nulle part, afin de jouer leur ‘’ rôle d’alerte au danger ‘’  qui sied aux  intellectuels, comme dirait  P Bourdieu !

‘’Si  l’on ne peut vivre ensemble qu’au prix de l’oppression à l’égard d’une composante, c’est une position pas raisonnable et qui, surtout, n’est pas tenable’’, rappelait feu Yehdih. .

Samba Thiam

Pr des  FPC

31  Mai 2021