la CEDH s’oppose à la suspension de l’expulsion de l’imam

CEDH s’oppose à la suspension de l’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen
La Cour européenne des droits de l’homme s’est prononcée jeudi contre la suspension de la mesure d’expulsion de la France vers le Maroc du prédicateur Hassan Iquioussen. L’imam, qui officie en France, avait saisi la Cour pour contester l’arrêté d’expulsion pris par Gérald Darmanin.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rejeté, jeudi 4 août, une demande de suspension de l’arrêté d’expulsion vers le Maroc de Hassan Iquioussen, un imam officiant en France, a indiqué la CEDH dans un communiqué.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé la semaine dernière l’expulsion prochaine de ce prédicateur de nationalité marocaine. Réputé proche des Frères musulmans, il est accusé par les autorités françaises d’avoir lancé des appels à la haine et à la violence visant notamment la communauté juive.

Le tribunal, qui siège à Strasbourg, a été saisi mercredi par Hassan Iquioussen en vertu de l’article 39 de son règlement, qui lui permet d’ordonner aux Etats « des mesures provisoires » lorsque les requérants sont exposés à « un risque réel de préjudice irréparable ».

Hassan Iquioussen a invoqué les dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme sur l’interdiction de la torture et des traitements inhumains et dégradants, le droit au respect de la vie privée et familiale, la liberté de pensée, de conscience et de religion ou encore la liberté d’expression.

Un imam dans le viseur de Gérald Darmanin

Selon la CEDH, Gérald Darmanin a pris vendredi un arrêté d’expulsion de cet imam, lui retirant son titre de séjour ainsi qu’un second arrêté fixant le Maroc comme pays de destination.

« En raison de la gravité de la menace à l’ordre public, le ministre a estimé qu’il n’y avait pas eu d’atteinte disproportionnée à son droit à la vie familiale », précise encore la CEDH.

Gérald Darmanin a de nouveau justifié jeudi sur CNews l’expulsion de cet imam, jugeant qu’il avait tenu « des propos ouvertement antisémites, ouvertement xénophobes, ouvertement homophobes, ouvertement anti-femmes ».

Il « n’a rien à faire sur le sol national », a insisté le ministre de l’Intérieur.

Le Maroc, a-t-il annoncé mardi, a délivré un « laissez-passer consulaire » pour « expulser manu militari » Hassan Iquioussen qui vit dans le Nord et est inscrit selon lui au « FPR », le fichier des personnes recherchées.

Ce prédicateur est très actif sur les réseaux sociaux, notamment sur sa chaîne Youtube suivie par 169 000 personnes et sa page Facebook aux 42 000 abonnés.

Né en France, à Denain, et habitant près de Valenciennes, Hassan Iquioussen, 57 ans, avait décidé à sa majorité, toujours selon Gérald Darmanin, de ne pas opter pour la nationalité française. Il affirme l’avoir abandonné à l’âge de 16 ans, sous l’influence de son père, puis avoir tenté en vain de le récupérer.

Avec Génerations nouvelles
l’AFP
France 24

Bouton retour en haut de la page