La CEA annonce son Forum annuel des entreprises dans le cadre du Sommet de l’UA

UNCC banner 1200x400 7 0
UNCC banner 1200×400 7 0

La CEA annonce son Forum annuel des entreprises dans le cadre du Sommet de l’UA

Les dirigeants se réunissent pour discuter de la dynamisation des transports africains, clé du libre-échange continental.

Addis-Abeba, le 2 février 2022 (CEA) – La Commission économique pour l’Afrique (CEA) a le plaisir d’annoncer qu’elle accueillera, avec ses partenaires, l’initiative phare, la Africa Business Forum , le lundi 7 février en marge de Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba.
Réunissant des chefs d’État avec des PDG et d’autres parties prenantes, le Forum portera cette année sur le transport – un secteur essentiel pour maximiser les avantages de la zone de libre-échange continentale africaine. (AfCFTA).


L’AfCFTA est entrée en vigueur en 2019 pour accroître le commerce intra-africain en éliminant les droits d’importation. Ces échanges doubleraient si les barrières non tarifaires étaient également réduites. L’ECA a constaté que l’un de ces obstacles est l’insuffisance des infrastructures et des services de transport.
Une nouvelle étude de la CEA a révélé que :

La mise en œuvre de la zone de libre-échange entraînerait une augmentation de la demande de fret intra-africain d’environ 28 % d’ici 2030, par rapport à un scénario sans sa mise en œuvre.

La part des services ferroviaires sur l’ensemble des modes de transport devrait passer de 0,3 % à 7 % ; représentant ainsi une multiplication par 20 en termes de pourcentage.

L’Afrique aurait besoin de près de 2 millions de camions supplémentaires, de plus de 100 000 wagons ferroviaires, de 250 avions et de plus de 100 navires d’ici 2030, si la zone de libre-échange est pleinement mise en œuvre ; et

La demande d’avions pour soutenir les flux commerciaux en Afrique de l’Ouest augmentera de 13,2 % d’ici 2030. Le commerce entre l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest augmenterait la demande d’avions de 12,9 % tandis que la demande en Afrique australe augmenterait de 12,2 %.

La secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, a déclaré que l’étude de la CEA a montré que « pour tirer pleinement parti de la ZLECAf, il faut une planification intégrée du commerce et des transports. Et cela démontre d’énormes opportunités d’investissement dans le secteur des transports. Les dirigeants se réunissent pour discuter de ce potentiel lors de l’Africa Business Forum.
Le Forum examinera également en détail le transport aérien et le tourisme, qui se remettent tous deux d’une crise financière induite par la pandémie de COVID-19. Il examinera les opportunités offertes par la pandémie, telles qu’une augmentation du commerce intra-africain, une croissance du tourisme intérieur et régional dans certaines régions et le pivot vers le transport de fret lorsque les compagnies aériennes ont été confrontées à des restrictions de voyage de passagers. Les investisseurs privés seront essentiels pour soutenir le développement du transport aérien, en particulier dans un contexte de financement public limité.
Le cinquième ABF est organisé en marge de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine, sous le thème « Investir dans les infrastructures de transport multimodal pour optimiser les avantages de la Zone de libre-échange continentale africaine : un accent sur le transport aérien et le tourisme. ” 
Les participants en personne et en ligne auront l’opportunité de suivre des débats de haut niveau des secteurs public et privé sur les nouveaux développements et opportunités du marché qui permettront au secteur des transports africains de répondre durablement à la nouvelle demande présentée par la ZLECAF.

© Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique