Guinée : ouverture de la 73e session ordinaire du conseil des ministres de l’OMVS

French.china.org.cn- Mis à jour le 18-12-2200 Par : Vivienne

Les travaux de la 73e session ordinaire du conseil des ministres de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), qui regroupe quatre pays membres de la sous-région, ont débuté jeudi à Conakry, a-t-on constaté sur place.

Dans son discours de bienvenue, la ministre guinéenne de l’Energie, Bountaraby Yattara, a souhaité que, malgré le contexte particulier lié au nouveau coronavirus, les pays membres poursuivent sans relâche leurs efforts d’intégration entamés depuis des années.

Elle a ainsi mis l’accent sur l’impact négatif de la crise sanitaire sur la réalisation des projets hydroélectriques dans le bassin du fleuve Sénégal, dont le barrage de Gouina et les projets de barrage de Koukoutamba et de Gourbassi.

Pour sa part, le président en exercice du conseil des ministres de l’OMVS, le ministre sénégalais de l’Hydraulique et de l’Assainissement Serigne Mbaye Thiam, a vanté l’avantage à réaliser le barrage de Koukoutamba en Guinée afin d’augmenter les capacités de production d’électricité au profit des pays membres de l’OMVS.

« Tout comme la navigation, le projet de Koukoutamba a plusieurs avantages qui méritent de diligenter sa mise en oeuvre », a-t-il dit, avant d’ajouter que cet ouvrage constituerait la première grande réalisation de l’OMVS en République de Guinée.

Selon M. Thiam, ces projets de barrages hydroélectriques donneront une nouvelle configuration au parc de production et de transport de l’énergie et feront de l’OMVS un puissant vecteur d’interconnexion ouest-africaine, d’intégration sous-régionale et de développement.

En sa qualité de président du conseil des ministres de l’organisation, il a rappelé que l’OMVS avait résisté à différents chocs exogènes et s’était hissée aux rangs des meilleurs organismes de bassin en Afrique et dans le monde. « Elle est encore source d’espoir pour nos pays et nos peuples et nous avons alors le devoir de garder héritage et de faire mieux que nos prédécesseurs », a-t-il indiqué.

Créée en mars 1972, l’OMVS regroupe la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. Sa vocation est de favoriser un développement intégré et coordonné du bassin du fleuve Sénégal, basé sur la maîtrise et la gestion rationnelle des ressources en eau.

Source: Agence de presse Xinhua

Bouton retour en haut de la page