G5 Sahel : un ancien chef d’état-major sénégalais demande de ne pas « sous-estimer » cette force

reunion minstres cedeao Zone Franc rmzf cemac uemoa beceao bceao sommet conference
reunion minstres cedeao Zone Franc rmzf cemac uemoa beceao bceao sommet conference

Le général Babacar Gaye, ancien chef d’état-major général des armées sénégalaises, a demandé mardi au gouvernement du Sénégal de ne pas « sous-estimer » la force du G5 Sahel.

« Ne sous-estimons pas le G5 Sahel », groupe de coopération militaire et de développement qui rassemble la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad, parce qu’il y a derrière ce G5 Sahel « une approche globale des problèmes du Sahel », a affirmé le général Gaye.

Il intervenait à l’occasion de la présentation à la presse de la sixième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, prévue à la mi-novembre.

L’ancien chef de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a estimé que le G5 Sahel a des « initiatives militaires extrêmement pertinentes » comme son collège de défense, qui est la première école de guerre transversale créée par plusieurs pays dont les officiers passent une année ensemble.

« C’est un projet viable », a ajouté le général à la retraite, soulignant toutefois qu’on « ne crée pas des capacités militaires en additionnant des déficits capacitaires ».

« Cette force ne s’est pas levée en une force expéditionnaire ayant un mandat offensif et agissant contre les groupes armés. Donc, il y a un problème de concepts opérationnels. Comme ce problème de concept a été accompagné d’un grand déficit bien évidement au bilan, cette force a perdu son crédit », a expliqué l’ancien chef de la MINUSCA.

Cependant, a conclu le général Gaye, la récente réunion de la CEDEAO sur le terrorisme, avec un engagement financier des Etats, porte à penser que les membres de l’organisation régionale vont se « mobiliser autour du G5 Sahel » pour le soutenir de façon multiforme. China.org