A la Une

Folles rumeurs à propos du sort de Cheikhna Ould Nenni Ould Moulaye Zeine

Folles rumeurs à propos du sort de Cheikhna Ould Nenni Ould Moulaye Zeine
Publié dans chezvlane le vendredi 11 Novembre 2022 – 18:38

Dès qu’il a annoncé sur sa page Facebook qu’il renonçait à toutes ses responsabilités administratives, en clair démissionne de son poste d’ambassadeur de Mauritanie à l’Unesco, pour se consacrer à la politique, les rumeurs ont éclaté de partout, relayées par de célèbres journalistes plus connus pour leur appartenance à un réseau ennemi de Cheikhna que pour leur objectivé.

Ainsi certains ont estimé que Cheikhna a eu l’intelligence d’annoncer son départ avant que son limogeage ne soit confirmé. En clair, ces fameux observateurs laissent entendre que le président Ghazouani aurait mal vu la création du mouvement de Cheikhna  » Alliance des forces de la Concorde  » sans l’avertir car selon le ministre de l’intérieur, ex directeur de cabinet du président, cela affaiblirait le parti au pouvoir aux prochaines élections.

Certains dont les sources sont plus grotesques parlent d’un conflit entre madame Nenni et la 1ère Dame.
Sans être dans le secret de hautes sphères de l’Etat comme ces fameux observateurs et sans avoir la moindre nouvelle de Cheikhna depuis quelque temps, je prends le pari que toutes ces analyses sont ridicules pour les raisons objectives suivantes :

D’abord, sans connaître personnellement Ghazouani, il suffit de voir comment il gouverne depuis qu’il est président pour comprendre que son sang-froid en politique est l’une de ses qualités supérieures en plus de son humanité. Aussi, qui peut croire qu’il irait faire du mal publiquement à l’oncle de la première dame quitte à l’humilier pour si peu à savoir avoir voulu créer un mouvement au service de la réussite du chef de l’Etat ?

C’est mal connaître Cheikhna que de vouloir le réduire politiquement, socialement et médiatiquement au lien familial avec la 1ère dame. Ce lien important n’est en la matière que la cerise sur son complexe réseau d’homme politique, de diplomate, de lobbyiste au sens américain du terme et de patron de presse pour n’en citer que quelques branches…

De même croire qu’il y aurait entre lui l’ex directeur de cabinet, devenu ministre de l’intérieur, une haine mortelle de sorte que ce dernier aurait réussi à avoir sa peau au point de pousser le chef de l’Etat à une disgrâce insensée et contraire à toute la politique humaine de Ghazouani jusque-là, c’est aussi un délire car si le ministre de l’intérieur et Cheikhna peuvent avoir peut-être des visions différentes car ils ne sont pas des clones, il n’en reste pas moins qu’ils se respectent et sont tous deux au service du régime de Ghazouani.

Cela dit, là encore, il faut mettre les hommes à leur place car ce n’est pas faire injure au puissant ministre de l’intérieur que de rappeler qu’avant qu’il ne devienne le redoutable proche du président qu’il est, Cheikhna était déjà au sommet du pouvoir entretenant les meilleures relations avec les forces vives qui restent quand tout régime passe.

D’ailleurs, le ministre de l’intérieur est assez intelligent pour comprendre qu’une force politique de plus dont le lien avec le président est inconditionnel ne peut en aucun cas affaiblir le parti Insaf à moins qu’il ne soit bien faible, ce qui n’est pas le cas. D’ailleurs le régime est soutenu non pas par un parti mais par une majorité présidentielle.

Quant au conflit supposé entre les deux dames : qui peut imaginer cela et même si cela devait arriver car il s’agit d’êtres humains, c’est avoir une bien piètre idée des deux hommes Ghazouani et Cheikhna que de croire qu’une affaire de famille pourrait impacter leurs relations d’hommes raisonnables.

Toutes ces rumeurs lamentables qui font le buzz actuellement n’ont pour but que ternir l’élan remarquable du mouvement que Cheikhna vient d’impulser au service du président. Mais ce sera un coup d’épée dans l’eau car sous peu chacun verra que Cheikhna reste un soutien indéfectible du président mais il est arrivé à un moment de sa carrière et de ses responsabilités politiques et familiales où il préfère sans doute rester en Mauritanie assurer le présent et préparer l’avenir plutôt que de ne pas quitter son téléphone de l’autre côté des mers.

Quoi qu’il en soit de ces rumeurs, je reste un proche de Cheikhna et rien ne me fera prendre parti pour ou contre Ghazouani et lui car ce ne sera jamais un sujet inch’allah et si cela devait arriver Cheikhna pourra toujours compter sur mon soutien en attendant que les tensions s’apaisent car il ne sera jamais contre le président quoi qu’il arrive.

A.O.S.A
Source: chezvlane

Bouton retour en haut de la page