En Algérie, Le Drian appelle à une « relation apaisée » avec la France

En Algérie, Le Drian appelle à une « relation apaisée » avec la France

Par Fortuné Sessou

Après des semaines de désescalade entre Paris et Alger sur fond de querelle historique, la France ne cesse de multiplier les actes d’apaisement. Après des déclarations des autorités françaises invitant à la normalisation des relations entre les deux pays, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, s’est lui-même rendu à Alger où il a appelé mercredi à une « relation apaisée » entre la France et l’Algérie, après qu’Alger ait pris de nombreuses mesures diplomatiques contre Paris.

« Je souhaite que nos deux pays reprennent ensemble la voie d’une relation apaisée et puissent regarder vers l’avenir », a déclaré Jean-Yves Le Drian face aux journalistes après une rencontre avec le président Abdelmadjid Tebboune. « Nous souhaitons que le dialogue que nous relançons aujourd’hui puisse conduire à une reprise des échanges politiques entre nos deux gouvernements en 2022 au-delà des blessures du passé que nous devons regarder en face au regard des malentendus qu’il nous revient de dépasser », a ajouté le ministre.

Des défis majeurs communs

Le ministre français des Affaires étrangères a également déclaré que l’ancienne colonie est « un partenaire essentiel pour la France sur le plan bilatéral, mais également sur le plan régional ». « La France et l’Algérie font face ensemble à des défis majeurs dans un environnement régional et international incertain » a déclaré Le Drian en parlant des défis liés au terrorisme dans la région sahélienne, l’émigration clandestine de même qu’aux enjeux de développement économique.

Un partenariat ambitieux

Le mois dernier Jean-Yves Le Drian, avait réitéré la volonté de la France de nouer un « partenariat ambitieux » avec l’Algérie, au-delà des « blessures » mémorielles qui peuvent « parfois » resurgir. « Nous avons des liens ancrés dans l’histoire. Nous souhaitons que le partenariat franco-algérien soit ambitieux », a indiqué le chef de la diplomatie française dans un entretien publié sur le site du journal Le Monde.

LNT

Bouton retour en haut de la page