Editorial initiativesnews : Aziz clopin-clopant !

Bakari Gueye
Bakari Gueye

Editorial initiativesnews : Aziz clopin-clopant !

La dernière sortie médiatique de l’ex président Mohamed Ould Abdel Aziz, ce mercredi 28 avril, a frisé la monotonie. Aucune révélation choc comme on pouvait s’y attendre car les menaces que son avocat en chef avait proférées faisaient craindre le pire. Ce dernier avait déclaré pompeusement que si Aziz parle la Mauritanie va exploser. Finalement il n’en fut rien car au cours de sa conférence de presse Aziz sautait du coq à l’âne en débitant des sornettes, un discours réchauffé, du déjà entendu.

L’acteur du jour paraissait tendu et manquait visiblement d’assurance, un comportement dont a fait les frais un groupe de journalistes qui a été expulsé manu militari de la salle de conférence. L’ire de Aziz s’est également abattu sur le journaliste qui lui a demandé l’origine de ses biens avec le fait qu’en dix ans de pouvoir il n’avait jamais touché à son salaire, de son propre aveu. Sa réponse fut laconique et il dira que cela sera éclairci au moment opportun. Autre coup de théâtre de l’ex président dont la Commission d’Enquête Parlementaire et la saisie par la justice d’un patrimoine évalué chuchote-t-on à 29 milliards ont révélé qu’il était assis sur une mine d’or, il a dénoncé la situation misérable des citoyens, le doublement du budget de la Présidence et la revalorisation du traitement des députés. Aziz qui s’est emmitouflé dans l’habit du patriote et du leader soucieux du bien être de son peuple est passé maître dans l’art de la victimisation et a convoqué son image erronée de président des pauvres. Le comble du ridicule pour celui qui est accusé d’avoir saigné à blanc le pays. Au cours de son intervention l’ex président a décoché des salves contre des entités tribale et régionale, des accusations on ne peut plus explicites qui sentent le règlement de comptes. En dénonçant l’embargo financier qu’il subit Aziz bombe le torse et déclare qu’il est prêt à manger des pierres et à aller en prison, des affirmations crépusculaires et prémonitoires d’un homme déchu dont l’étoile s’éteint à petits feux. La page Aziz est en passe d’être tournée.

Bakari Guèye