Discours du Secrétaire Général du Regroupement des institutions médiatiques indépendantes…

Discours du Secrétaire Général du Regroupement des institutions médiatiques indépendantes à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse

Discours du Secrétaire Général du Regroupement des institutions médiatiques indépendantes à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse
Au nom d’Allah le MiséricordieuxAu nom du Regroupement des institutions de médias indépendants (El ilam), je suis heureux de nous féliciter, ainsi que toute la presse, à l’occasion de la commémoration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, en ce moment où nous vivons un climat  de  précarité. Le champ médiatique pour accéder à l’information, a devant lui un chemin encore entaché de nombreux obstacles.

C’est aussi ici l’occasion de remercier, au nom du regroupement, les hautes autorités représentées par le Président de la République et le gouvernement pour les efforts qu’elles déploient – malgré les constats que nous mentionnerons à l’occasion – Dont, notamment l’augmentation du budget du Fonds de soutien à la presse indépendante, approbation de la création d’une maison de presse et la somme d’argent importante allouée à la construction de cet édifice.Mais ces efforts sont encore insuffisants pour changer le vécu de ces institutions médiatiques indépendantes, qui ont tari toutes leurs ressources matérielles qui en bénéficiaient pour accomplir leur travail et renforcer leur présence.. Une siruation  qui demande aux hautes autorités une augmentation significative du budget du fonds pour atteindre 100 % et de supporter les frais d’édition à l’imprimerie des journaux en papier qui ont tendance  à disparaître du fait des coûts d’édition au détriment des sites internet.Nous ne pouvons manquer ici de se poser des questions sur les allocations aux médias indépendants du Fonds de soutien à la Covid-19, qui n’en ont pas beneficié malgré le rôle majeur qu’ils ont joué dans la sensibilisation.A cette occasion, nous réclamons une loi qui réglemente la presse indépendante, et valorise ses acquis matériels et moraux, ainsi que pour toutes les organisations, nous réclamons une carte de presse unifiée.