Des milliers de manifestant contre les nouveaux pouvoirs de Saied sur le système judiciaire

manif tunisie e1644767650544
manif tunisie e1644767650544

Des milliers de Tunisiens ont protesté dimanche, quelques heures après que le président Kais Saied a officiellement remplacé un organisme de surveillance judiciaire, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et s’est donné le pouvoir de limoger les juges et de leur interdire de faire grève, rapporte l’AFP.

Quelques heures après la publication du décret, tôt dimanche matin, plus de 2 000 manifestants se sont rassemblés dans le centre de Tunis, beaucoup brandissant des drapeaux et scandant des slogans en faveur d’un système judiciaire indépendant.

 » Liberté ! Liberté ! L’État policier est terminé », ont scandé certains.

Le décret de Saied est intervenu une semaine après qu’il a déclaré qu’il allait dissoudre le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), ce qui a entraîné la fermeture des tribunaux dans tout le pays par des juges qui estimaient que cette mesure porterait atteinte à l’indépendance de la justice.

La Commission internationale des juristes a déclaré dimanche que le décret « consolide le pouvoir entre les mains du président/exécutif et met effectivement fin à tout semblant d’indépendance judiciaire » en Tunisie.

« Il ramène la Tunisie à ses jours les plus sombres, lorsque les juges étaient transférés et révoqués sur la base des caprices de l’exécutif », a déclaré la commission.

Jeudi, le CSM a déclaré dans un communiqué qu’il « rejette totalement le recours aux décrets pour porter atteinte à la structure constitutionnelle du pouvoir judiciaire » et que toute alternative n’aurait aucune base juridique.

African Manager