Coronavirus et finances: Wall Street repart de l’avant après deux séances de baisse

Pour aller au drive-in, il faut une voiture, et donc de l’essence. Bonne nouvelle, les prix diminuent. Lundi, Michel Gassée, on a même assisté à une situation inédite avec le baril de brut américain : le WTI a terminé la journée au prix de -37,63 dollars. ça signifie quoi, ce -37 dollars pour un baril de pétrole ?

L’indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, est monté de 1,99%, à 23.475,82 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 2,29%, à 8.495,38 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, a gagné 2,81%, à 2.799,31 points.

Wall Street avait souffert lors des deux précédentes séances, plombée par l’effondrement historique des cours du pétrole, le contrat de référence sur le baril de brut de WTI, coté à New York, ayant même clôturé en négatif lundi.

Le net regain des prix de l’or noir (+19% pour le WTI, +5,4% pour le Brent londonien) a soulagé la place new-yorkaise mercredi.

Selon Maris Ogg de Tower Bridge Advisors, les acteurs du marché « ont commencé à réfléchir aux implications à long terme d’un pétrole à des prix aussi bas.« 

« Ils se rendent compte que même si cela va prendre longtemps pour que le niveau des réserves baisse, les prix actuels ne sont pas tenables à un horizon plus lointain« , ajoute Mme Ogg.

Avec la pandémie de coronavirus, la consommation mondiale de pétrole s’est effondrée et les stocks se sont remplis, s’approchant de la saturation dans plusieurs pays.