Coronavirus dans le monde : plus de 65 000 morts et des appels à continuer à respecter le confinement en Europe


Près des trois quarts des victimes de la pandémie sont en Europe, où les premiers signes de ralentissement semblent apparaître. Mais l’arrivée du beau temps et des vacances de Pâques font aussi craindre un relâchement du respect du confinement.

Le Monde avec AFP, AP et Reuters Publié aujourd’hui à 05h41, mis à jour à 19h04

La pandémie due au SARS-CoV-2 a fait, depuis son apparition fin décembre en Chine, au moins 65000 morts dans le monde, dont plus de 47 000 en Europe, selon un bilan établi dimanche 5 avril par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles.

Le nombre de morts augmente chaque jour de plusieurs milliers à travers le monde, malgré des mesures de confinement plus ou moins strictes qui concernent désormais plus de la moitié de l’humanité.

Le nombre de cas diagnostiqués dépasse 1,2 million sur les cinq continents, même s’il ne représente qu’une fraction du nombre réel de contaminations, car les personnes contaminées ne sont pas toutes testées. Plus de la moitié des contaminations sont en Europe, continent de loin le plus touché, et plus de 300 000 cas sont recensés aux Etats-Unis, en passe de devenir le nouvel épicentre mondial.Suivez la situation en direct : La France en est à son 20e jour de confinement, entre transferts de malades et appels à « faire preuve d’autodiscipline »

L’Europe entrevoit un ralentissement et appelle à continuer à respecter le confinement

Les pays les plus touchés – Italie, Espagne, France, Grande-Bretagne – sont en confinement total depuis déjà plusieurs semaines et les premiers signes montrant un ralentissement de la maladie apparaissent, même si les gouvernements ne disent pas encore que le pic de l’épidémie est en vue.

L’arrivée du beau temps sur une bonne partie du continent, conjuguée au début des vacances de Pâques, font aussi craindre aux autorités un relâchement du respect du confinement, et donc une nouvelle potentielle hausse des contaminations.

EnItalie, pays le plus touché au monde avec près de 16000 victimes, le dernier bilan quotidien, dimanche, était de 525 nouveaux morts, le plus bas depuis plus de deux semaines. Cela laisse espérer un ralentissement de l’épidémie mais le ministre de la santé, Roberto Speranza, a averti la population que«l’urgence n’est pas finie, le danger n’a pas disparu»et que les mesures de confinement, mises en place le 10 mars, n’auront servi à rien si les gens recommencent à sortir.

D’autres responsables politiques ont lancé des appels similaires, selon Associated Press, et des photos prises dimanche montrent des foules dans les rues de Naples, Gênes et Rome. M. Speranza a dévoilé, dimanche, un plan « pour sortir graduellement » du confinement qui prévoit un port du masque généralisé et une possible application de suivi sur smartphone.

AuRoyaume-Uni, le bilan s’élève à près de 5 000 morts (624 décès en milieu hospitalier de plus en vingt-quatre heures) et le gouvernement a menacé de durcir le confinement, en vigueur depuis le 23 mars, s’il n’était pas davantage respecté. «Si vous ne voulez pas que nous décidions d’interdire toute forme d’exercice hors de chez vous, vous devez suivre les règles», a averti le ministre de la santé, Matt Hancock.

La reine d’Angleterre doit prononcer, en début de soirée, la quatrième allocution solennelle de son règne pour saluer la réponse des Britanniques à la crise sanitaire et, comme ailleurs, prévenir qu’elle n’est pas terminée. Selon des extraits de ce discours préenregistré et déjà diffusés dans la presse anglaise, ElizabethII soulignera notamment «les qualités d’autodiscipline, de détermination bienveillante et la camaraderie»:

« J’espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi. Et ceux qui nous succéderont diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que les autres. »

L’Espagne a enregistré son bilan quotidien le moins élevé depuis dix jours, avec quand même 674 décès supplémentaires pour un bilan total de 12 418 morts. Le nombre des cas confirmés (130 759) a progressé de 4,8 %. La contagion semble donc ralentir puisque la progression était de 8,2 % le 1er avril et de 14 % il y a dix jours. Le gouvernement, qui estime avoir stabilisé la propagation, n’exclut pas une prolongation du confinement après le 25 avril et compte sur la population pour rester chez elle, alors qu’en temps normal, des millions d’Espagnols partent en voyage pendant la période de Pâques.

Les Etats-Unis se préparent au pire

«Ce sera probablement la semaine la plus dure. Il va y avoir beaucoup de morts». C’est ainsi que le président américain Donald Trump a tenté de préparer la population à une période«horrible»et à l’aggravation d’une crise sanitaire qui a déjà fait plus de 9000 morts, dont plus de 4150 dans le seul Etat de New York.

Les Américains se préparent au pire, bâtissant des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation et un gigantesque navire-hôpital à quai dans la ville de New York. Le nombre des cas confirmés dépasse déjà les 312000, et des «clusters» sont signalés dans d’autres grandes villes en Louisiane et dans le Michigan.

Anthony Fauci, conseiller du président Trump et membre de la cellule de crise de la Maison Blanche, avait déjà rendu publiques des estimations qui tablaient sur un bilan d’au moins 100 000 morts. Pour tenter d’endiguer la maladie, il préconise désormais le port d’une protection pour le visage à chaque sortie. Il ne fait selon lui plus de doute que le coronavirus se transmet par voie aérienne quand « les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu’ils éternuent ou toussent ».

3,9 milliards de personnes, soit la moitié de la population mondiale, confinées à des degrés divers

Au moins 50 pays sont en confinement total

Au moins 3,9 milliards de personnes, soit la moitié de la population mondiale, sont appelées ou contraintes de rester confinées chez elles pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Parmi les mesures mises en place depuis samedi :

  • L’Iran, l’un des pays les plus touchés avec plus de 3 600 morts et 58 000 cas, prévoit une reprise des activités économiques « à bas risque » le 11 avril, selon le président Hassan Rohani, alors que le nombre de nouveaux cas est en baisse depuis cinq jours.
  • Le Sénégal a prolongé de trente jours l’état d’urgence instauré dans tout le pays, alors que plus de 200 personnes ont été contaminées. Sur l’ensemble du continent africain, encore peu touché, la pandémie a causé plus de 300 décès et 7 600 cas déclarés.
  • La Grèce, qui a prolongé jusqu’au 27 avril les mesures de confinement dans tout le pays, a placé le camp de réfugiés de Malakasa « en confinement sanitaire total » pour quatorze jours, avec interdiction d’y entrer ou d’en sortir. Un foyer d’infection avait été repéré jeudi dans un premier camp, celui de Ritsona.