Conférence sur le nucléaire : La délégation marocaine expulsée

2021 10 2217 19 46 840627 4444
2021 10 2217 19 46 840627 4444

Conférence sur le nucléaire : La délégation marocaine expulsée

Les participants à la cérémonie d’ouverture de la 5ème édition de la conférence des États Parties au Traité de « Pélindaba » sur la zone libre d’armes nucléaires en Afrique, ont expulsé la délégation marocaine présidée par Youssef El Amrani de la manifestation, pour avoir enfreint les règlements et procédures de la réunion.

Des séquences vidéos prises de l’intérieur du siège parlementaire d’Afrique du sud accueillant les travaux de l’assemblée, et relayées sur « Twitter », montrent le président de l’assemblée sommant la délégation marocaine de quitter la salle, pour assistance illégale à une séance tenue à huis-clos d’une organisation, dont elle n’est pas membre prenant, une scène où  » la présidence a donné l’ordre de quitter la salle, sans quoi la sécurité allait s’en charger ».

Le comité marocain s’était, en effet, introduit illégalement à une conférence dont son pays n’est pas membre signataire, en piétinant tout les protocoles en application, et a pris place aux côtés des pays membres, dont le Sahara Occidental, et a tenté de semer la confusion en essayant de donner des leçons sur la légalité et le respect de la loi.

L’ambassadeur El Amrani a, enfin, dû quitter les lieux en compagnie de sa délégation, devant la stupéfaction des membres prenant part à la manifestation, face au comportement offensant des diplomates marocains.

Des agissements politiquement incorrects et mafieux, auxquels la diplomatie marocaine se complaît vraisemblablement, à l’image de ce qui s’est, récemment, produit à Maputo, Malabo, Dakar ainsi qu’à plusieurs autres reprises.

Pour rappel, les participants à la conférence des États parties au traité de « Pélindaba » ont évoqué les objectifs principaux de ce traité, à savoir, la consolidation de la paix et de la sécurité dans la région, à travers la prohibition de l’arme nucléaire et sa diffusion en Afrique, ainsi que la promotion de l’utilisation pacifique des sciences et technologies nucléaires.

Dans ce sens, le représentant de l’Afrique du Sud, Mr Disko a réitéré son invitation aux pays qui n’ont pas encore signés le traité, à se joindre à la commission sans plus de délais, pour avancer ensemble vers l’établissement d’une Afrique pacifiste et épanouie.

Jusqu’ici 38 pays ont déjà signé le traité sur la zone libre d’armes nucléaires en Afrique, aussi connu sous l’appellation « Traité de Pélindaba » (portant le nom du centre de recherche principale en énergie nucléaire en Afrique du sud), établi en 1996, et qui est rentré en application le 15 juillet 2009.

L’Algérie fait partie des premiers pays signataires du traité en 1997, aux côtés du Sahara Occidental, l’Afrique Du Sud, le Burundi, Le Bénin, Le Congo, la Côte d’ivoire, l’Éthiopie, le Gabon, ainsi que d’autres pays africains.

Source : elkhabar.com