Communique de presse de l’UFP sur la recrudescence de l’insécurité

UFP logo 400x266 1
UFP logo 400x266 1

Ces dernières semaines, l’insécurité à Nouakchott, à Nouadhibou et dans plusieurs grande villes et à la campagne (avec notamment les vols de bétail) à atteint un degré de gravité sans précèdent.

De jour comme de nuit, de véritables bandes armées sèment la terreur, défiant ouvertement les forces de l’ordre et provoquant la consternation et le désarroi des populations. Personne n’est à̀ l’abri. La mort rôde et peut frapper à tout instant, en tout lieu, sans aucune raison.

De paisibles citoyens sont abattus, blessés, torturés, des femmes et des enfants kidnappés et soumis aux pires exactions par des individus organisés en meutes, agissant souvent à̀ visage découvert et en plein jour, comme pour narguer la société et signifier leur impunité.

La sécurité publique est menacée alors que se développe dans le pays un sentiment partagé par un nombre croissant de citoyens, de l’impuissance des pouvoirs publics à leur apporter la moindre protection.

Le prestige et la crédibilité de l’État sont atteints. Profitant de cette aubaine maléfique, des forces obscures s’agitent dans l’ombre pour pousser à l’anarchie et au désordre et faire oublier leur propre responsabilité dans ces malheurs qui frappent le pays.

Les causes de cette immense tragédie sont multiples et connues. La première d’entre elles est la consommation massive de drogue dont le trafic n’a cessé de se développer au cours des dernières décennies, en particulier la dernière, proliférant dans les commerces, les écoles, les marches et même près des mosquées.

Notre pays a été épinglé depuis plusieurs annexes par Interpol, des caïds de la drogue ont été interpellés et libérés sans explication, des trafiquants internationaux ont été ostensiblement reçus au palais présidentiel durant la sinistre décennie.

A cela s’ajoutent le sabotage systématique de l’École, aussi bien publique que privée, la paupérisation massive et le chômage des jeunes , les discriminations multiples qui frappent les couches et communautés vulnérables, la faillite des différentes politiques publiques et l’absence cruelle de toute vision stratégique de développement du pays, la perte des valeurs fondamentales et des repères d’intégration sociale, la crise de l’autorité dans l’État, dans les familles et dans la société, la soumission à des cultures étrangères de pure consommation etc.

Aujourd’hui sévit une véritable crise sécuritaire qui est la conséquence directe de toutes ces tares cumulées au cours de décennies en particulier la dernière et qui, malheureusement se poursuit sous nos yeux, menaçant la paix et la concorde sociales surtout dans les quartiers pauvres et périphériques.

Tout en nous associant à la peine éprouvée par les proches des victimes à qui nous adressons toutes nos sincères condoléances, l’UFP, à l’instar de l’Opposition démocratique, notamment à travers sa Déclaration commune du 7 juin 2021, lance appel solennel :

–  Au gouvernement : afin de prendre de toute urgence, toutes les mesures nécessaires pour préserver la sécurité des biens et des personnes des citoyens et des estrangers résidant dans notre pays, notamment par la modernisation rapide et efficiente de notre système de sécurité publique en exigeant la reddition des comptes aux responsables de la situation actuelle et en veillant à appliquer le principe de la tolérance zéro à l’égard des criminels de tout acabit.

– A la classe politique dans son ensemble : pour faire de la question de la sécurité publique une grande cause nationale partagée comme expression de notre souveraineté nationale intérieure ;

– A tous les citoyens et étrangers vivant dans notre pays : d’être vigilants, de respecter les mesures de sécurité́ dans le respect scrupuleux de la loi en coopérant dans ce cadre, avec les autorités compétentes, les forces nationales de sécurité, en vue de faire face à̀ cette dangereuse situation.

Nouakchott le 8 juin 2021

La Présidence de l’UFP