Comment l’augmentation de l’aide étrangère saoudienne aide les démunis du monde entier

Le Royaume a une longue histoire d'aide aux pays en développement

Comment l’augmentation de l’aide étrangère saoudienne aide les démunis du monde entier

Le Royaume a une longue histoire d’aide aux pays en développement, notamment par l’intermédiaire du Fonds saoudien pour le développement

De nombreux pays arabes subissent les conséquences économiques de la pandémie et de la guerre en Ukraine

DUBAÏ: La création d’un fonds de développement conjoint avec la France pour aider le Liban est la dernière d’une série d’annonces signalant une augmentation de l’aide saoudienne aux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord qui sombrent plus profondément dans la dette en raison des conflits et des crises.

Selon une déclaration de l’ambassade de France, le fonds, dévoilé en avril, a promis une somme initiale de plus de 28,25 millions d’euros pour soutenir la sécurité alimentaire au Liban et le secteur de la santé en difficulté.

Le fonds sera également utilisé pour des projets humanitaires qui fourniront une aide d’urgence aux communautés les plus vulnérables du pays et contribueront à améliorer l’accès aux soins de santé primaires dans la ville de Tripoli, au nord du Liban.

Avant le Liban, c’est la Mauritanie, un pays désertique du nord-ouest de l’Afrique avec seulement 0,5% de terres cultivables, qui a reçu une aide importante de l’Arabie saoudite.

En avril, l’Arabie saoudite a converti son dépôt de plus de 282,5 millions d’euros auprès de la banque centrale de Mauritanie en un prêt à taux réduit, dans le cadre des efforts déployés pour développer l’économie du pays et encourager les investissements régionaux et internationaux.

(KSrelief), la principale agence d’aide du Royaume

Sur le continent africain, l’Arabie saoudite a consacré plus de 6,6 milliards d’euros à des projets de développement, humanitaires et caritatifs, couvrant la sécurité alimentaire, la santé et l’éducation, selon le centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSrelief), la principale agence d’aide du Royaume.

Depuis sa création en 2015, KSrelief s’appuie sur la longue histoire du Royaume en matière d’aide aux pays en développement.

Fin mai, KSrelief a fourni une aide humanitaire d’une valeur de 3 millions d’euros aux Philippines, dont 1,6 million d’euros d’équipement médical pour aider à combattre la Covid-19.

Un montant supplémentaire de 1,4 million d’euros est destiné à aider le ministère philippin de la Santé à atténuer l’impact du typhon Rai, ainsi qu’à fournir des secours sanitaires et des travaux d’urgence à la ville de Marawi, dans le sud du pays.

Pendant le Ramadan, KSrelief a apporté une aide financière à plus de 900 personnes dans 19 pays, dont l’Afghanistan, le Yémen et le Tchad, par le biais de l’initiative saoudienne Ramadan Eta’am (offrir l’Iftar du Ramadan)

L’organisme a distribué 500 paniers alimentaires pour le Ramadan à des familles afghanes dans le quartier de Char Asiab à Kaboul et 887 paniers alimentaires à des familles dans la ville tchadienne de Massenya, au profit de 5 322 personnes.

L’agence a également mis en œuvre plus de 40 projets humanitaires en Afghanistan, ciblant la sécurité alimentaire, la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement.

Pendant ce temps, dans le gouvernorat de Marib au Yémen, ravagé par la guerre, KSrelief a fourni plus de 72 tonnes de nourriture, aidant ainsi 4 080 personnes.

Selon KSrelief, le Yémen a reçu la plus grande part des dépenses d’aide, soit 3,77 milliards d’euros, couvrant tous les domaines: services de santé, nutrition, abris, éducation, assainissement, communications d’urgence et logistique.

Début avril, KSrelief a annoncé un projet de nutrition destiné aux enfants de moins de 5 ans, ainsi qu’aux femmes enceintes et allaitantes, dans les gouvernorats yéménites de Lahij, Taïz, Aden, Hodeïda, Hajjah, Marib et Hadramout.

Fin mars, l’organisme a annoncé une contribution de 6,6 millions d’euros pour soutenir les programmes d’éducation menés au Yémen par l’Unicef, le fonds des Nations unies pour l’enfance. Ce don devrait améliorer l’accès à une éducation de qualité pour 578 000 enfants.

En janvier, KSrelief a signé un accord avec l’agence des Nations unies pour les migrations, l’OIM, afin de fournir à 150 000 Yéménites un abri, des services d’hygiène, des installations sanitaires et de l’eau potable.

Lors d’une récente conférence à l’Université islamique de Médine, Abdallah al-Rabeeah, superviseur général de KSrelief, a révélé que l’aide étrangère saoudienne entre 1996 et 2021 s’élevait à 89 milliards d’euros, versés à 165 pays.

KSrelief a poursuivi le travail mené par le Fonds saoudien pour le développement, créé en 1974. Mais les initiatives caritatives de l’Arabie saoudite remontent encore plus loin.

«Depuis sa fondation, le Royaume a tenu à aider les pays touchés par des crises», a déclaré Samer al-Jetaily, porte-parole de KSrelief, à Arab News. «Il n’a pas ménagé ses efforts pour aider les personnes dans le besoin à travers le monde. Son engagement à fournir des secours et de l’assistance est fondé sur ses nobles valeurs humanitaires.»

Selon Al-Jetaily, KSrelief a mis en œuvre quelque 1 997 projets humanitaires dans 84 pays pour un montant de 5,3 milliards d’euros, dans des domaines allant de l’éducation, des soins de santé et de la sécurité alimentaire aux abris, à l’assainissement et à la protection.

KSrelief est la seule autorité en Arabie saoudite autorisée à recevoir et à fournir une aide en espèces et en nature aux personnes à l’étranger, à réglementer et à superviser le travail caritatif externe, à accorder des licences aux institutions caritatives internationales et à établir la structure d’autres travaux humanitaires.

Les efforts humanitaires du Royaume se sont développés parallèlement à des changements majeurs dans la manière dont les citoyens font des dons à des organismes caritatifs.

La transformation numérique du pays a conduit à la création de services de dons réglementés, notamment KSrelief, Ehsan, Shefaa et la plate-forme nationale de dons, tous développés et supervisés par l’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle.

Ehsan permet de choisir parmi une sélection de causes caritatives

Lancé en 2021, Ehsan permet aux philanthropes et aux donateurs de choisir parmi une sélection de causes caritatives, allant des questions sociales et économiques à la santé, l’éducation et l’environnement.

En se concentrant sur les valeurs individuelles et les questions sociétales spécifiques, la plate-forme vise à encourager un plus grand sens de la responsabilité sociale parmi les organisations du secteur public et privé, tout en promouvant une culture de la transparence dans les dons caritatifs.

L’année dernière, le roi Salmane et le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ont fait de multiples dons via Ehsan, ce qui a permis à la plate-forme de dépasser la barre du milliard de riyals (1 riyal saoudien = 0,25 euro)

Depuis son lancement, Ehsan a reçu plus de 351,4 millions d’euros de dons, qui ont été distribués à plus de 4,3 millions de bénéficiaires.

La plate-forme nationale de dons met également en relation les donateurs avec les personnes dans le besoin à travers le Royaume, tout en assurant un processus de don numérique fiable et sécurisé supervisé par le ministère des Ressources humaines et du Développement social.

À ce jour, plus de 3,5 millions de personnes, dont des orphelins, des malades, des personnes âgées et des personnes vivant dans des logements insalubres, ont bénéficié de dons d’argent par l’intermédiaire de la plate-forme.

Ces plate-formes officielles réglementées ont été conçues pour garantir que les dons aillent à ceux qui sont réellement dans le besoin, et pour éviter que les fonds ne tombent entre les mains de fraudeurs, voire de groupes terroristes, qui cherchent à exploiter la générosité du public.

«Le Royaume espère que l’aide qu’il apporte contribuera à faire en sorte que toutes les personnes puissent mener une vie sûre, saine et digne», a souligné Al-Jetaily à Arab News.

«L’aide fournie au niveau mondial est impartiale, basée uniquement sur les besoins de ses bénéficiaires.»

Alors que de nombreux pays arabes s’efforcent de surmonter les chocs économiques de la pandémie, ainsi que l’impact inflationniste de la guerre en Ukraine sur les prix des denrées alimentaires et du carburant, les dons caritatifs sont plus que jamais nécessaires.

arab.news

Bouton retour en haut de la page