Choix d’un fournisseur de gaz : Deuxième fiasco de la CNH

somagaz 1
somagaz 1

Pour la deuxième fois en moins de trois mois, la Commission Nationale des Hydrocarbures CNH échoue dans sa mission de sélection d’un fournisseur du pays en gaz butane pour les deux prochaines années tout comme elle a échoué à choisir un opérateur exclusif pour le Bunkering dans les eaux territoriales mauritaniennes.  Conséquence de cette inconséquence de la Commission Ba Ousmane, la Mauritanie pourrait renouer avec les pénuries de gaz butane que l’on croyait appartenir à un passé révolu.

L’incompétence et le manque de vision de la CNH ont mis le pays dans cette situation d’incertitude porteuse de grands dangers. En effet la CNH dont le processus a pris du retard a tout simplement déclaré infructueux l’appel d’offre à l’issue de l’ouverture des offres techniques ce 12 Décembre 2019. Quatre grosses sociétés de Trading avaient acheté les dossiers au prix de 250 000 MRU, Vitol, Trafigura, Géogas (l’opérateur sortant) et Sahara Energy, mais trois d’entre elle seulement avaient déposé. A l’ouverture des offres techniques la CNH a éliminé l’une d’elle sous prétexte qu’elle a rempli un ancien formulaire et les deux autres parce qu’elle ont repris une phrase de la lettre modèle d’engagement qui stipule « nous nous engageons à livrer le produit conformément aux spécifications figurant dans le Dossier d’Appel d’Offres et en respectant les calendriers et les bordereaux des quantités qui seront fixés dans les programmes trimestriels qui nous seront adressés par les importateurs ; » Ce que la Commission a compris comme étant un engagement à faire des livraisons tous les mois alors que le contrat spécifie bien que   «  les Acheteurs peuvent faire des commandes individuelles à tout moment avec un délai de livraison de 10 jours. »

Alors sachant que le contrat avec Géogas arrive à expiration au 31 Janvier et qu’il faut au minimum trois mois pour boucler le processus, il ya fort à parier que la CNH sera obligé de faire recours à des contrats ponctuels de courtes durées  avec des opérateurs n’offrant aucune garantie et surtout se fournissant sur le marché Spot beaucoup plus cher que les contrats à longue durée. Alors la question légitime est pourquoi la CNH fait elle courir ce risque au pays ?  D’aucuns affirment que ce délai supplémentaire n’a pour but que de permettre au quatrième opérateur en lice d’affiner son offre et se donner de meilleurs chances de l’emporter. On soupçonne l’un des ses partenaires mauritaniens d’avoir de hautes connexions dans le pouvoir.

   C’est ce qui amène certains à penser qu’il y a une volonté manifeste et délibérée de se  retrouver dans cette situation qui permet de choisir au coup par coup des fournisseurs s’approvisionnant sur le marché spot, offrant ainsi plus de possibilités de ‘’tieb tieb’’.

Par ailleurs toutes ces années, la CNH n’a pas pu veiller à la mise en place d’un stock de sécurité car la capacité de stockage fait que les opérateurs  SOMAGAZ dispose d’un stockage global de 3.000 TM au niveau de ses installations à Nouakchott reparti entre trois sphères de 1000 tonnes métriques chacune, le stockage de gaz butane de MAURIGAZ à Nouakchott est constitué d’une sphère d’une capacité de 2700 tonnes métriques et RIM Gaz dispose d’une capacité totale de stockage de 2 325 tonnes. Soit une capacité cumulée de 9000 TM de GPL.

 Autre maladresse de la CNH elle lance son appel d’offre la veille de l’hiver  à cette époque les prix du gaz commencent à flamber  ainsi nous perdons notre avantage qui était que notre contrat était toujours renouvelé au mois de juin en plein été alors que les prix sont au plus bas.  Qui plus est avec le renvoi ou le report de cet appel d’offre nous pourrions tomber sur les nouvelle normes de fuel qui devrait entrer en vigueur en Avril prochain qui feront sans doute exploser les contrats de fret, c’est un manque à gagner supplémentaire du à l’incurie de la CNH.

Donc la CNH a échoué dans le choix d’un opérateur du Bunkering, appel d’offre annulé quelques heures avant l’ouverture des plis, échoué dans la sélection d’un fournisseur de gaz, appel d’offre déclaré infructueux, échouera-t-elle le 19 décembre prochain face au contrat beaucoup plus important de fourniture des hydrocarbures liquides ? Rappelons que le marché mauritaniens est estimé à 80000 TM de LPG par ans alors que nos voisins marocains et sénégalais consomment respectivement 2000000 TM et 800000 TM de LPG.

mauriweb