Burkina : Situation nationale à la une des journaux

Burkina : Situation nationale à la une des journaux

Ouagadougou 5 oct. 2022 (AIB)-Les parutions burkinabè de ce mercredi évoquent les sujets liés à la situation nationale marquée par des manifestations de populations et l’arrivée de la mission de la CEDEAO au Burkina Faso.

«Transition au Burkina : les émissaires de la CEDEAO satisfaits des échanges avec le capitaine Ibrahim Traoré», affichent les quotidiens burkinabè.

Les journaux informent que les émissaires de la CEDEAO, en mission d’information, le 4 octobre 2022 à Ouagadougou, ont échangé, avec le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le capitaine Ibrahim Traoré.

«Mission de la CEDEAO à Ouagadougou : l’onction au capitaine Ibrahim Traoré» arbore le doyen des quotidiens burkinabè, L’Observateur Paalga, qui précise que la délégation de la CEDEAO était composée de Suzi Carla Barbosa, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères de la Guinée-Bissau, Mahamadou Issoufou, médiateur de la CEDEAO pour le Burkina Faso et Dr Omar Alieu Touray, président de la Commission de la CEDEAO.

Pour le journal, il s’agissait pour cette délégation de venir entendre les bonnes dispositions d’esprit des nouvelles autorités burkinabè.

Il n’y avait donc pas de quoi exciter un croquant même si l’image de l’organisation est écornée aux yeux des populations qui voient en elle, un simple syndicat des chefs d’Etats au lieu d’être cette CEDEAO des peuples, dit-il.

« Mission de la CEDEAO au Burkina : le boulevard Mouammar Kadhafi bloqué par des manifestants » titre le journal Le Pays qui rapporte que dans la matinée du 4 octobre 2022 des manifestants hostiles à la venue de la mission de la CEDEAO au Burkina ont bloqué ce boulevard au motif que l’instance sous-régionale a un agenda caché qui est loin des intérêts du peuple burkinabè.

Selon L’Observateur Paalga pour certains, leur sortie vise à soutenir le nouvel homme fort du pays, le capitaine Ibrahim Traoré, tandis que pour d’autres, ils sont venus exprimé leur mécontentement à la présence de cette délégation de la CEDEAO.

«Des manifestants exigent le capitaine Ibrahim Traoré à la tête de la Transition», affiche par ailleurs Le Pays qui informe qu’à Bobo-Dioulasso, des manifestants qui ont pris d’assaut la Place Tiéfo Amoro de la ville, le 4 octobre 2022, avec pour objectif de passer un message à la hiérarchie militaire en vue de maintenir le capitaine Ibrahim Traoré à la tête de la Transition jusqu’à l’élection d’un président démocratiquement élu.

« Situation nationale : Ibra, faut garder ta chose… » conseille L’Observateur Paalga dans sa rubrique ‘’les humeurs de Barry’’.

« Tu t’es battu pour ta chose, tu as pris ta chose, alors gardes ta chose » soutient le journal.

Dans le même ordre d’idée L’Express du Faso, dans sa rubrique ‘’autant le dire…’’, avertit en mettant en exergue « la grosse erreur que le capitaine Ibrahim Traoré ne doit pas commettre».

«On ne prend pas un pouvoir pour le remettre à quelqu’un d’autre», martèle le confrère qui soutient que «ceux à qui il remettra le pouvoir ne le géreront qu’à leur profit, contrairement à ce qu’il aurait voulu et en la matière, les exemples sont nombreux et parlent d’eux-mêmes».

«Coup d’Etat du 30 septembre : l’UAS exige le rétablissement de la Constitution » titre Le Pays, dans un autre registre, en publiant la déclaration de l’Unité d’action syndicale (UAS) suite au coup d’Etat.

Dans L’Express du Faso, l’UAS, estime que ce coup de force est «Le résultat de la déliquescence de l’armée, préoccupée par le pouvoir ».

Par ailleurs, le journal informe que la ville de Djibo a été ravitaillée en vivres hier, une « première promesse tenue par les nouvelles autorités ».

De son côté, Le Pays révèle que le bilan actualisé de l’attaque du convoi de ravitaillement de la ville de Djibo à Gaskindé, le 26 septembre dernier, fait état de 27 militaires tués, et les obsèques sont prévues pour le 7 octobre prochain.

Source: Agence d’information du Burkina

Bouton retour en haut de la page