Bravo à la loi sur la double nationalité, mais attention à au statut de citoyen de seconde zone.

Marega Baba
Marega Baba

Bravo à la  loi sur la double nationalité, mais attention  à au statut de citoyen de seconde zone.

Si ce projet de loi sur la double nationalité qui vient d’être adopté au conseil des ministres du 16/06/21, (une fois adopté par le parlement) mettra fin au caractère discriminatoire du décret qui existait auparavant,  et qu’il faut donc s’en réjouir sur cet aspect.

Cependant l’inquiétude que soulève ce projet de loi, en particulier dans le milieu de la diaspora mauritanienne est tout à fait légitime. Il s’agit de ses aspects restrictifs ou privatifs.

En effet certains détails donnés par  le ministre au cours de la conférence de presse du gouvernement, s’ils  ne sont pas rectifiés ou corrigés par les députés transformeraient les tenants de la double nationalité en citoyens de second rang

En effet, il n’est pas  normal ni  compréhensible, que l’on « crée » une catégorie de citoyens de seconde zone, en les  cantonnant au seul rôle de citoyens électeurs-non eligibles, ne pouvant même pas occuper ou accéder à de fonctions telles que ministérielles ou apparentées.

S’il est certes utile de mettre des garde-fous pour le poste du président de la république, rien ne justifie  pour les autres fonctions qui ne sont que des « fonctions précaires ».

D’ailleurs si ce projet de loi est adopté tel quel,  avec les détails annoncés, par l’assemblée nationale, quel sera alors le sort  de certains ministres, certain députés, et certains élus en activité, qui ont obtenu la double nationalité à partir de l’ancien décret  – qui malgré son caractère discriminatoire, une fois obtenu,  n’était pas privative?

La loi sur la double qu’il nous faut, qui nous paraît juste et  qui tient   compte de la particularité ou des spécifités de notre pays, c’est une la loi qui rend la primauté ou la prééminence de la

 nationalité mauritanienne sur l’obtention par un mauritanien de toute autre nationalité. En d’autres termes : un mauritanien ne peut perdre sa nationalité par le seul fait de l’acquisition d’une autre et que sur le sol national aucune autre  nationalité d’un mauritanien ne pourra être reconnu.

Qu’Allah ouvre de perspectives plus heureuses pour notre pays.

Marega Baba