Brahim Ghali hospitalisé en Espagne sous un faux nom: une « catastrophe », selon El Othmani

Saad Eddine El Othman othmani 0
Saad Eddine El Othman othmani 0

Par Mohamed Chakir Alaoui le 25/04/2021 à 19h51 (mise à jour le 25/04/2021 à 21h42) dans le360.ma

Le chef du gouvernement et secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), Saâd-Eddine El Othmani, a qualifié, ce dimanche 25 avril 2021, de « scandale » l’hospitalisation en Espagne « sous un faux nom » de Brahim Ghali, le chef du Polisario.

S’exprimant devant des militants de son parti, Saâd-Eddine El Othmani a estimé « très étrange de voir qu’un pseudo-président présenté à la tête d’une république fantoche, qui a des simulacres d’ambassades et de ministres, ne peut pas voyager avec un passeport réel ». « C’est la preuve, s’il en faut, que sa prétendue république de la Rasd est fantoche », a ajouté El Othmani.

« Tous les récents communiqués triomphalistes envoyées par la partie séparatiste montrent qu’en réalité il s’agit d’allégations fausses et mensongères », a-t-il estimé, affirmant que « le Maroc est dans son droit et sur la bonne voie ».

Le chef du gouvernement a en outre exprimé son regret et son étonnement face aux attaques médiatiques consécutives aux « succès diplomatiques » qu’a récemment obtenus le Maroc.

Officiel. Affaire Brahim Ghali: le Maroc déplore l’attitude « incompréhensible » des autorités espagnoles

Saâd-Eddine El Othmani a appelé les militants de son parti à faire de « la cause nationale l’une des priorités de leur débat politique, à se mobiliser et à soutenir les efforts de la diplomatie officielle à travers une diplomatie populaire soutenue ».

De son côté, le ministère marocain des Affaires étrangères a vivement protesté en direction des autorités espagnoles pour avoir accueilli le dénommé Brahim Ghali, chef des milices séparatistes du Polisario, « poursuivi pour de graves crimes de guerre, ainsi que de graves atteintes aux droits de l’homme ».

Pour le Maroc, il s’agit d’une « attitude incompréhensible » de la part du voisin ibérique.