Brahim Ghali condamne les tentatives du régime marocain de créer de nouvelles tensions…

br ghali
br ghali

Brahim Ghali, le président de la République a condamné les tentatives du régime marocain de créer une nouvelle réalité de tensions et d’anarchie, visant à faciliter l’intervention étrangère éhontée dans la région, en vue de servir des agents coloniaux connus. Dans son allocution d’ouverture lors de sa supervision, vendredi, de la 5e session ordinaire du secrétariat national du Front Polisario, le Président Brahim Ghali a condamné  » les opérations terroristes lâches » exécutées par l’Etat de l’occupation marocaine à l’encontre de citoyens civils sahraouis, algériens et mauritaniens sans défense.

Mettant en avant la solidité des relations de fraternité et de voisinage entre la République sahraouie et la République algérienne démocratique et populaire, le président de la République a fait part de son estime et de sa reconnaissance pour la position de principe ancrée de l’Algérie, peuple et gouvernement, sous la direction du Président, Abdelmadjid Tebboune, aux côtés du peuple sahraoui.

Il a également salué tous les amis et alliés de par le monde », ainsi que l’engagement de l’Union africaine (UA) quant aux principes de son acte constitutif, tout en mettant en valeur les positions exprimées par plusieurs pays, à l’instar de la République de l’Afrique du Sud.

Dans ce contexte, le président Ghali a réaffirmé que le peuple sahraoui qui prônera toujours la paix juste et durable, a déjà tranché et pris sa décision souveraine d’intensifier sa guerre de libération juste, avec tous les moyens légaux, à leur tête, la lutte armée, jusqu’au parachèvement de la souveraineté de la République sahraouie sur tous son territoire national.

M. Ghali a souligné que toute démarche au niveau des Nations unies et qui ne vise pas à parachever le règlement convenu, en mettant en œuvre la tâche de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso),  » sera un contournement honteux de l’engagement conjoint, une conspiration et un manquement non seulement pour le peuple sahraoui pacifiste, mais également à l’égard de la légalité internationale en général ».

Le secrétaire général du Front Polisario a salué  » avec fierté et estime » les combattants de l’Armée de libération populaire sahraouie (ALPS), ainsi que la montée, ces dernies temps, du militantisme héroïque du peuple sahraoui sur le front du territoire occupé et au sud du Maroc, et ce, en dépit de la multiplication par l’Etat d’occupation marocaine de ses procédés de répression brutale.

A cette occasion, le président de la République a adressé « ses sincères salutations et un message de solidarité et de soutien à la militante Sultana Khaya et à sa famille, qui souffrent depuis un (1) an d’un blocus imposé par le Maroc et de diverses formes d’intimidations, de torture, de menaces et de pratiques qui portent atteinte à la dignité humaine ».

Concernant les acquis de la question sahraouie sur la scène internationale, M. Ghali a souligné la présence sans précédent de cette cause à travers le renforcement du statut de l’Etat sahraoui au sein de l’Union africaine (UA), en sus d’autres acquis importants enregistrés dans le domaine juridique, notamment après la dernière décision de la Cour de justice de l’Union européenne (UE).

==Le Conseil de sécurité choisit de gérer la crise au lieu de la résoudre==

Le président de la République a estimé que la dernière résolution 2602 (2021) du Conseil de sécurité de l’ONU traduisait une tendance dangereuse qui cherche à contourner la légalité internationale, en adoptant la gestion de la crise au lieu de sa résolution, et en euvrant à déformer le cadre juridique de la solution, de sorte qu’elle passe de sa formule simple et claire, consacrée dans la Charte et les résolutions onusiennes, à savoir la décolonisation du Sahara occidental et l’autodétermination du peuple sahraoui, à un labyrinthe de concepts et de terminologies.

Cette tendance, a-t-il souligné, est une restriction complète du travail de l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, car dépassant l’essence du mandat de la MINURSO, qui, en conséquence, se transforme en un simple moyen de violation du droit international, à travers le maintien du statu quo de l’occupation militaire marocaine illégale de certaines parties des territoires de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

M. Ghali a par ailleurs rappelé que le Front Polisario et le Royaume du Maroc, parties du conflit au Sahara occidental, et les Nations Unies et son partenaire l’UA, sont tous liés par un seul accord signé par les deux parties et entériné par le Conseil de sécurité, à savoir le plan de règlement ONU-Afrique de 1991, soulignant qu’au nom du peuple sahraoui, le Front Polisario ne peut s’engager dans aucune coopération en dehors du cadre juridique convenu.

Dans ce sillage, il s’est étonné du « mutisme international qui garantit une protection à l’occupation marocaine et l’encourage à persister dans son arrogance et son agression, et de l’incapacité de la MINURSO à protéger les civils sahraouis sans défense contre l’oppression du régime du Makhzen, voire même à surveiller ou élaborer des rapports sur la situation des droits de l’homme.(SPS)