2020-2021 : Deux années du mandat de Ghazouani sur fond de lutte sans merci contre les « urgences »

Le Président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, réputé par ses qualités d’homme de parole et de foi  devait incontestablement s’attaquer à son investiture aux commandes du pays en aout 2019, à mettre en œuvre dans son très court mandat quinquennal son projet de société sur lequel il a été investi Président.

Mais, c’était sans compter, au grand bonheur des farouches et des impopulaires opposants de Ould Ghazouani, les aléas imprévus et les urgences qui ont assagi l’humanité entière et épuisé les grandes puissances, dont principalement la pandémie de la Covid-19 et tout récemment la guerre russo-ukrainienne.

Une conjoncture internationale majeure qui a faussé toutes les politiques et les programmes, en raison de la priorité imposée aux Etats de lutter contre la propagation du coronavirus d’une part et de la flambée des prix des céréales consécutive au conflit opposant Moscou à Kiev.

Un contexte qui a conduit à mettre en veilleuse le programme électoral et de le supplanter, du moins en partie d’un autre de riposte aux crises et aux urgences.

C’est dans le  cadre de cette lutte courageuse que le gouvernement du Premier ministre a su gagner la confiance du Président et des partenaires en concentrant ses actions sur le social d’où les centaines de milliers de mauritaniens issus des couches favorisées ayant eu accès à l’assurance maladie, aux transferts d’argent, aux assistances alimentaires, à l’exonération des factures d’eau et d’électricité, à la construction de dizaines de barrages pour encourager l’agriculture et fixer les populations dans leurs terroirs, en plus de la création de plusieurs centres de santé à travers le pays, la distribution de l’aliment bétail subventionné dans les wilayas de l’intérieur et l’approvisionnement des boutiques Emel en denrées alimentaires.

Des actions continues qui requièrent leur maintien jusqu’à l’arrivée du pays à bon port pour se mettre, assuré et bien armé à la mise en œuvre du projet de société du Président Ghazouani.

Et comme on dit, à quelque chose malheur est bon, le programme Taahoudaty du Président pourrait être exécuté avec succès dans les mois à venir, surtout au cours de 2023 où le pays serait déjà hors danger et où la Mauritanie devra commencer l’exploitation du gaz et du pétrole, qui fait d’elle aujourd’hui un paradis pour les investisseurs internationaux.

Mauritanie annulation d’une dette

Ahmed Ould Bettar

Bouton retour en haut de la page