L’embargo sur les armes de l’ONU « toujours inefficace »

L’embargo sur les armes de lONU « toujours inefficace »

Des États membres continuent de le « violer en toute impunité » en acheminant des armes en Libye, affirme un résumé de ce document obtenu vendredi par l`AFP

(Nations unies) Lembargo sur les armes décrété en 2011 pour la Libye par l‘ONU, « est toujours inefficace », affirme un rapport annuel des experts onusiens chargés de son contrôle et remis récemment au Conseil de sécurité.
Agence FrancePresse

Des États membres continuent de le « violer en toute impunité » en acheminant des armes en Libye, affirme un résumé de ce document obtenu vendredi par lAFP, qui confirme aussi que « la majeure partie du territoire libyen est toujours contrôlée par des groupes armés ». « La présence continue de combattants tchadiens, soudanais et syriens et de sociétés militaires privées dans le pays constitue toujours une menace sérieuse pour la sécurité de la Libye et de la région », estiment aussi les experts. Selon le quotidien britannique The Guardian qui a eu accès à l‘ensemble du rapport, les experts ciblent à nouveau dans leur document les mercenaires du groupe privé russe Wagner, réputé proche du pouvoir russe, en les accusant d`avoir posé des mines dans des zones civiles en Libye sans avoir répertorié leurs emplacements.
Dans leur résumé du rapport, les experts dénoncent par ailleurs des violations sérieuses du droit humanitaire international « à une large échelle et en toute impunité ». « En particulier, sept groupes armés libyens ont eu recours à l’arrestation arbitraire et illégale d’ennemis systématiquement suspects », soulignent-ils.
Des experts de l’ONU disent aussi avoir identifié des cas de piraterie maritime contre des navires marchands.
Après plus d’une décennie de troubles après l’expulsion de Mu’ammar Al-Kadafi en 2011, la Libye a été érodée par une division entre les agences rivales orientales et occidentales, et deux gouvernements rivaux sont en guerre depuis début mars 2014-2021. impliqué dans. La solution à cette crise politique n’est pas encore visible.

Bouton retour en haut de la page