Macky Sall annonce le début de la production du gaz à partir décembre 2023.

Macky Sall annonce le début de la production de gaz: Macky Sall annonce le début de la production made in Sénégal à partir décembre 2023 .

Au cours de la visite en Afrique du chancelier Allemand, Olaf Scholz, qui a débuté au Sénégal ce dimanche, le président Macky Sall a notamment souligné des questions d’ordre économique parmi lesquelles, celle liée à la production de gaz. Macky Sall et son homologue allemand Olaf Scholz étudient la mise en place d’un partenariat permettant d’alimenter l’Europe en GNL.

L’Allemagne est en discussions « intensives » avec le Sénégal pour participer à des projets autour des ressources en gaz du pays ouest-africain, lui-même prêt à alimenter l’Europe, ont annoncé le 22 mai le chancelier allemand Olaf Scholz et le président sénégalais Macky Sall. Lors d’une conférence de presse conjointe, les deux dirigeants s’exprimaient sur les conséquences de la guerre en Ukraine et son impact sur les approvisionnements en énergie, en particulier pour l’Allemagne, très dépendante du gaz russe.  Ce gaz naturel liquéfié dont la production avait été annoncée dès 2021 au large de la frontière maritime entre le Sénégal et la Mauritanie, est d’une importance capitale pour le président Macky Sall. Pour la production en décembre 2023 dans la première phase, le président Macky Sall a annoncé une capacité de 2,5 millions de tonnes par an de gaz liquéfié.

Dans les projections avec la Mauritanie dont le Sénégal partage les gisements au niveau de la frontière, Macky Sall précise que dès 2027, une augmentation de 3,5 millions de tonnes va être observée. Ce qui fera bien entendu une capacité totale de plus de 5 millions de tonnes par an.

L’objectif est, dès 2030, de passer à 10 millions de tonnes GNL par an. Toutefois, le chef de l’État a rappelé la détermination du Sénégal à travailler dans une perspective d’alimenter le marché européen en GNL.

Cependant, pour ce qui est des conditions d’exploitation, le président Macky Sall se dit prêt à travailler avec l’Allemagne pour adoucir les types de crédit, mais aussi rechercher de l’exploration tout en valorisant le gaz domestique dans le cadre du « Gaz to Power ».

Le Sénégal, pays membre de la Cedeao, place beaucoup d’espoir dans l’exploitation future commune avec la Mauritanie des champs de gaz et de pétrole découverts dans l’Atlantique ces dernières années. Le président sénégalais a prévu le début de la production en décembre 2023, à raison de 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an dans un premier temps, et 10 millions en 2030.

Des discussions qui devraient se poursuivre de « manière très intensive » au niveau des experts « parce que cela a du sens » et qu’il « est dans notre intérêt commun d’accomplir des progrès », a-t-il poursuivi. Le président sénégalais s’est à nouveau élevé contre un arrêt des financements de l’exploitation des énergies fossiles au nom de la lutte contre le réchauffement climatique. Une vingtaine de pays, dont les États-Unis et la France, se sont engagés lors de la conférence sur le climat COP26 en 2021 à mettre un terme d’ici à fin 2022 au financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles sans techniques de capture du carbone.

Avec  Rewmi

Bouton retour en haut de la page