Le Qatar ne suffit pas : les espoirs gaziers de l’Europe se trouvent au fond de la mer au large de l’Afrique de l’Ouest

Le Qatar ne suffit pas : les espoirs gaziers de l’Europe se trouvent au fond de la mer au large de l’Afrique de l’Ouest

Le partenariat énergétique avec le Qatar reste flou. C’est ainsi que d’autres pays entrent en ligne de compte : par exemple le Sénégal, au large duquel un important champ gazier est en cours de développement – et où une étonnante success story se déroule également à terre. « L’économie d’en haut » est une coopération avec LiveEO.

Les premiers navires sont déjà là. Juste à la frontière maritime avec la Mauritanie, à dix kilomètres de la ville côtière sénégalaise de Saint-Louis, ils finalisent actuellement ce qui doit faire entrer l’économie du pays dans une nouvelle sphère – et pourrait d’ailleurs désamorcer l’un des problèmes les plus pressants d’Europe problèmes. Les canalisations sont en place, les trois quarts des travaux de la station de chargement de gaz sont déjà achevés, disait-on récemment. Des images satellite exclusives de LiveEO montrent les progrès rapides du projet au cours des derniers mois. A la fin de l’année, la production de gaz liquéfié devrait démarrer au large de l’Afrique de l’Ouest.

Selon l’opérateur BP, il y a au total près de 425 millions de mètres cubes de gaz naturel dans le champ de Grand Tortue Ahmeyim, dans lequel la Mauritanie et le Sénégal détiennent également des parts. Au total, jusqu’à 2,83 milliards de mètres cubes de gaz pourraient même y sommeiller. C’est nettement moins que le partenaire gazier préféré de l’Allemagne, le Qatar, qui possède des réserves de gaz totalisant 24 milliards de mètres cubes. Mais les négociations avec l’émir avancent au ralenti, et même le partenariat énergétique récemment conclu ne va pas au-delà des engagements généraux. Et ainsi, la prise de conscience gagne du terrain que s’appuyer uniquement sur l’État du Golfe ne suffira pas pour se libérer de l’emprise gazière de la Russie.

Il y a deux semaines, la Commission européenne a désigné le Sénégal, avec l’Angola et le Nigeria, comme l’un des pays avec lesquels l’Europe souhaite désormais intensifier ses relations afin de devenir plus indépendante de la Russie.

Lorsque le chancelier Olaf Scholz se rendra dimanche dans la capitale Dakar, il s’adressera principalement au président Macky Sall en sa qualité de président actuel de l’Union africaine. Mais il devrait également s’agir de gaz – et de la réussite économique qui se déroule actuellement ici, juste à côté de l’état problématique du Mali.

Sous le gouvernement du président Sall, en place depuis 2012, un programme d’investissements sans égal sur le continent a été mis en place au Sénégal.

Du haut des airs, il est facile de voir que les travaux d’extraction de gaz se déroulent comme prévu. Après que le terrain ait été exploré entre 2014 et 2017, il avait été initialement annoncé que le financement devrait démarrer en 2023, ce qui semblait déjà ambitieux. Parce que les gisements de gaz sont difficiles d’accès, la mer au-dessus du champ a une profondeur de 2,8 kilomètres, plus profonde que sur tout autre champ de gaz dans le monde. Mais le calendrier colle et pourrait même être dépassé. Plus récemment, le consortium d’opérateurs, qui comprend BP et le groupe Kosmos, a annoncé que le financement pourrait commencer dès le quatrième trimestre de cette année.

De grandes parties de l’infrastructure ont déjà été achevées. Le brise-lames à l’ouest, long d’un bon kilomètre, est bien visible sur les images satellites. C’est nécessaire car la station de convoyage elle-même ne sera pas fermement ancrée dans le sol, mais flottera. Shell développait cette technologie, appelée Floating Liquid Natural Gas (FLNG), depuis 2012 pour un total de près de douze milliards de dollars, et le navire Prelude est en service depuis 2017. Désormais, BP utilise également une telle plate-forme flottante. La plate-forme elle-même n’est pas encore sur place, mais les travaux préparatoires sont déjà en cours, comme on peut le voir sur la photo, de nombreux pylônes d’amarrage ont déjà été verrouillés. À partir de l’année prochaine, le gaz liquide pourra alors être chargé depuis la station flottante et expédié dans le monde entier. La mer sous la plate-forme elle-même n’a qu’une profondeur d’environ 30 mètres et le gaz est extrait à près de 115 kilomètres du rivage. Là, une station de pompage sous-marine extraira le gaz du sol et l’introduira dans un pipeline. Environ aux deux tiers du trajet, un navire amarré à la surface de la mer prétraitera le gaz, éliminant l’eau et la filtrant pour la distribution à la station FLNG. Ce navire FPSO (Floating Production Storage and Offloading) est actuellement en construction dans un chantier naval de Shanghai.

Le démarrage de la production de gaz sur le champ de Grand Tortue fin 2022 devrait encore alimenter un départ déjà en cours au Sénégal. D’une part, parce que le pétrole est produit parallèlement à la production de gaz : dans le champ de Sangomar, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Dakar. Le financement devrait également commencer l’année prochaine. Et là aussi, les images satellites montrent que cela pourrait réussir :

On peut voir le navire Black Rhino, qui est actuellement en train de préparer les 23 forages pour que la production puisse démarrer à la fin de l’année. Très prochainement donc, le gouvernement de Macky Sall sera confronté à la question de savoir comment investir les revenus fossiles de la manière la plus durable possible. Et il y a de fortes chances que cela fonctionne. D’une part, parce que le Sénégal est l’une des démocraties les plus stables du continent, depuis la fondation de l’État, toutes les prises de pouvoir dans le pays ont été pacifiques. D’autre part, parce que le pays pousse depuis plusieurs années à des investissements majeurs dans les infrastructures – et les a également menés à bien. Peu de temps après sa prise de fonction, Sall a présenté son plan Sénégal Emergent en 2014, un plan de développement qui vise à faire du pays le centre économique de l’Afrique de l’Ouest en vingt ans. Depuis, il a été construit. Des routes sont renouvelées, des autoroutes construites, de nouveaux ponts érigés. Il a même été décidé récemment de construire un nouveau port en eau profonde. Et à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Dakar, un nouvel aéroport a déjà été construit, comme le montrent les images satellites.

Là où il y avait une friche aride avant l’arrivée au pouvoir de Sall, l’aéroport de Dakar-Blaise-Diagne, l’un des aéroports les plus modernes du pays, s’est développé en quelques années. Une ligne de train express est actuellement en construction pour relier le centre-ville de Dakar à l’aéroport. La première partie de l’itinéraire a été ouverte au début de l’année, reliant Dakar au centre d’affaires de Diamniadio, autre élément clé du plan de développement de Sall.

Ici, Sall essaie de copier une recette qui a déjà amorcé l’ascension de la Chine vers la puissance économique mondiale. Dans un périmètre régional limité, les entreprises qui s’y installent bénéficient d’une exonération fiscale. De plus, des bâtiments représentatifs sont construits : d’abord un grand centre de congrès, plus tard un stade de football et une arène de basket-ball. Ce qui est inhabituel dans les projets d’infrastructures du Sénégal, c’est que, contrairement à de nombreux autres gouvernements sur le continent, l’État ne se rend pas complètement dépendant de la Chine. Il est vrai que la Chine a financé la construction d’un pont plus important sur le fleuve Saloum, qui a été achevé il y a quelque temps. Sinon, cependant, le financement est mixte. Outre les banques de développement, des sociétés bien connues de divers pays sont également impliquées. Le port en eau profonde est développé par la société portuaire Dubaï (Dubai Ports), tandis qu’un groupe turc s’est chargé de la construction du centre de congrès.

Jusqu’à présent, cependant, le pays attend toujours les très grandes colonies du secteur privé. Cependant, les taux de croissance annuels au Sénégal avant la pandémie de corona étaient bien supérieurs à 5 %. Il y a quelques mois, le gouvernement a également pu annoncer un succès particulièrement populaire : cette année, le fabricant de vaccins Biontech veut démarrer la construction d’une usine de production de vaccins Covid-19 au Sénégal avec l’Institut Pasteur français. Vous trouverez ici tous les articles de la catégorie « Économie d’en haut » La colonne est créée en coopération avec la start-up d’observation de la terre LiveEO – une participation de DvH Ventures. WirtschaftsWoche fait partie de DvH Medien, qui comprend également DvH Ventures.

Konrad Fischer Ressortleiter Erfolg, Innovation, Digitales

Source : LiveEO/Sentinelle via wirtschaftswoche

Bouton retour en haut de la page