Les pays Moyen-Orient et Afrique du Nord touchés par la crise reçoivent des millions pour lutter contre le coronavirus

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont répondu à des appels à l’aide sans précédent


La Tunisie, la Mauritanie et le Yémen ravagé par la guerre sont parmi plus de 70 pays qui devraient recevoir des fonds d’urgence du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale pour intensifier leurs efforts de lutter contre la pandémie de coronavirus à propagation rapide.

Le FMI, basé à Washington, a décidé de tirer rapidement parti de sa capacité de prêt de 1 billion de dollars alors qu’il fait face à des appels sans précédent à des financements de plus de 100 pays. La Banque mondiale, quant à elle, prévoit de déployer jusqu’à 160 milliards de dollars au cours des 15 prochains mois pour aider ceux qui en ont le plus besoin et soutenir des entreprises vitales.

Les pays en développement ont demandé des fonds urgents pour fournir des services de santé de première ligne et maintenir les économies à flot face à ce qui est considéré comme le pire ralentissement économique mondial depuis la Grande crise des années 1930.

Vendredi, lors d’une réunion avec le FMI et la Banque mondiale, le président de l’Union africaine et le président de l’Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, a déclaré que les pays africains, dont l’Égypte, la Tunisie et le Maroc, étaient confrontés à « d’importantes lacunes financières ».

« Cette pandémie a déjà eu un impact dévastateur sur l’Afrique, et ses effets vont s’intensifier à mesure que le taux d’infection augmente. C’est un revers pour les progrès que nous avons accomplis pour éliminer la pauvreté, les inégalités et le sous-développement », a déclaré Ramaphosa.

« Bien que les annonces récentes de partenaires internationaux soient les bienvenues, d’importantes lacunes de financement subsistent et un soutien accru est nécessaire pour garantir que les pays africains soient en mesure de répondre efficacement à la crise sanitaire et de relever les défis économiques. »

La semaine dernière, Oxfam, une organisation caritative anti-pauvreté, a estimé qu’un milliard de personnes, soit jusqu’à 8% de la population mondiale, pourraient être contraintes à la pauvreté alors que les gouvernements ferment des économies entières pour gérer la propagation du virus.

« Cela pourrait faire reculer la lutte contre la pauvreté d’une décennie, et jusqu’à 30 ans dans certaines régions telles que l’Afrique subsaharienne et le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord », a déclaré l’organisme caritatif, qui a appelé à l’annulation de 1 billion de dollars. valeur des paiements de la dette des pays en développement en 2020.

Dans ses Perspectives de l’économie mondiale, publiées mercredi, le FMI prévoyait que les économies de la région MENA diminueraient de 3,3% en 2020, en partie à cause de la pandémie.

Tunisie


Plus tôt ce mois-ci, le FMI a approuvé un montant de 745 millions de dollars pour la Tunisie, dont le secteur vital du tourisme a souffert en raison de la pandémie.

L’économie du pays devrait se contracter jusqu’à 4,3%, la baisse la plus prononcée depuis l’indépendance en 1956, a rapporté Reuters. Le secteur du tourisme devrait voir 400 000 personnes perdre leur emploi cette année et 1,4 milliard de dollars de pertes de revenus.

La Tunisie compte actuellement 864 cas déclarés de Covid-19, avec 37 décès.

Palestine


La Cisjordanie et Gaza occupées ont obtenu un prêt d’urgence de 5 millions de dollars de la Banque mondiale pour l’équipement essentiel, y compris les ventilateurs et les kits de test. Il y a eu 418 cas confirmés en Cisjordanie et à Gaza et deux décès. Gaza est sous blocus israélien depuis 2007, ce qui affecte l’approvisionnement en médicaments, matériel et équipement de laboratoire.

Liban


Le Liban, qui faisait face récemment déjà à sa pire crise financière a obtenu 40 millions de dollars de la Banque mondiale.

En mars, le gouvernement a fait défaut sur un paiement de dette de 1,5 milliard de dollars. Le coût de la vie a fortement augmenté et l’économie s’est arrêtée.

Les fonds sont destinés à équiper les hôpitaux et à améliorer la communication des risques avec la population, qui comprend l’une des plus grandes populations de réfugiés au monde. Jusqu’à présent, 672 personnes ont été confirmées infectées par la maladie, tandis que 21 sont décédées.

Mauritanie


La Mauritanie, qui ne compte que sept cas confirmés et un décès, devrait recevoir 5,2 millions de dollars de la Banque mondiale.

« Notre objectif est de renforcer la capacité de préparation et de confinement, ainsi que d’améliorer la détection et la surveillance, et de continuer à former le personnel médical à la prise en charge des cas afin de protéger la population », a déclaré Laurent Msellati, responsable pays de la Banque mondiale.

Egypte


Avec 2 844 cas et 205 décès, l’Égypte est le pays le plus touché d’Afrique. Le pays devrait particulièrement subir cette année des pertes de revenus provenant du tourisme, qui a généré 12,6 milliards de dollars (4,2% du PIB) en 2018-2019, et du canal de Suez de 5,7 milliards de dollars (1,9% du PIB).

Le pays a reçu 7,9 $ de la Banque mondiale pour financer un plan d’urgence contre les coronavirus.

« La Banque mondiale se mobilise rapidement pour soutenir les activités de réponse d’urgence de l’Égypte et la mise en œuvre d’un plan de prévention pour faire face à l’épidémie de Covid-19 », a déclaré Marina Wes, directrice de la Banque mondiale pour l’Égypte, le Yémen et Djibouti.

Yémen

Le Yémen, en proie à une guerre civile, a reçu une subvention de 26,9 millions de dollars de la Banque mondiale.

La pandémie pose un risque particulier au Yémen, car après cinq ans de guerre, le système de santé est au bord de l’effondrement.

Moins de 50% des établissements de santé sont fonctionnels, tandis que le pays a subi l’une des pires épidémies de choléra de l’histoire enregistrée en 2017.

La subvention visera à renforcer le système de santé fragile du pays, y compris dans la détection, le confinement et le diagnostic de Covid-19.

Un seul cas a été détecté dans le pays ravagé par la guerre, car il se prépare à ce qui pourrait être une nouvelle catastrophe humanitaire.

Maroc


Le Maroc a reçu 275 millions de dollars de la Banque mondiale. Le ministre de l’économie du pays a déclaré ce mois-ci qu’il était convaincu que l’économie pourrait résister aux impacts économiques à court terme de la pandémie.

« Outre nos réserves de change, qui couvrent plus de cinq mois et demi d’importations de biens et services, nous bénéficions du soutien de nos donateurs bilatéraux et multilatéraux », a-t-il déclaré le 3 avril.

Le pays compte 2 670 cas confirmés et 137 décès.

avec agences

Bouton retour en haut de la page