Appliquez la loi, toute la loi, rien que la loi

1927054 48234656 e1624279467668
1927054 48234656 e1624279467668

Appliquez la loi, toute la loi, rien que la loi

En Mauritanie, l’horreur atteint son paroxysme, avec le viol d’une femme, devant ses enfants orphelins. Ce crime inqualifiable est le dernier d’une longue série de meurtres perpétrés par des jeunes désœuvrés, en rupture scolaire et sous l’emprise de la drogue. Une violence barbare qui prouve à quel point notre cohésion et la stabilité de notre pays sont fragiles. Elle remet surtout en cause l’autorité de l’Etat, sa crédibilité et même son existence.

A vrai dire, l’Etat ne fonctionne pas et les services de sécurité, partie intégrante de l’Etat, ne fonctionnent pas, non plus. Ce sont des prédateurs, juste là pour poursuivre leur intérêt, rançonner, racketter, collecter, tout en étant indifférents à la recrudescence de la violence et à l’insécurité galopante. La police est nonchalante, les forces de sécurité sont nonchalants, l’administration est nonchalante, les politiques sont nonchalants, tout le monde est nonchalant. La nonchalance est la règle, c’est la loi dans ce pays. 

Non seulement il n’y a pas de dissuasion, mais il est établi, depuis longtemps, que toutes les personnes arrêtées pour délinquance finissent par être relâchées, au bout de quelque temps. Normal qu’ils reprennent et refaire la même chose.

Cette vague de violence urbaine sans précédent appelle ce gouvernement nonchalant à agir immédiatement et à prendre des actions fortes, de nature à imposer l’ordre. Il en va de la paix dans ce pays.

____________________

Bon, écoutez, svp, messieurs de la sûreté, on n’a pas envie de voir la tête des monstres qui ont violé cette pauvre femme, devant ses enfants orphelins. Pas la peine de publier leurs photos, pour nous prouver qu’ils ont été arrêtés. Ça ne rassure personne. Épargnez-nous ce cirque et arrêtez de faire de la Comm’. Respectez le deuil de cette famille inconsolable. Faites votre travail. Appliquez la loi, toute la loi, rien que la loi.

Mohamed El Mounir