Algérie : En quête désespérée d’un ennemi fictif

Algérie : En quête désespérée d’un ennemi fictif ou quand le Hirak exige un pouvoir civil et non militaire.

Algérie : En quête désespérée d’un ennemi fictif ou quand le Hirak exige un pouvoir civil et non militaire.
Publié dans maroc-diplomatique par Kamal Lakhdar 1/11/2022
Tel a été le slogan lancinant du Hirak, cet énorme mouvement de contestation sociale qui a rassemblé tous les jours, entre 2019 et
2021, des millions de citoyens à travers l’Algérie, pour réclamer le remplacement du pouvoir militaire sévissant dans le pays par un pouvoir civil. La foule criait « Madanya, machi âaskaria).

Pourtant, à l’époque, le chef de l’Etat (Abdelaziz Bouteflika) était un civil, le chef du gouvernement et les principaux ministres étaient des civils, et il fallait descendre dans la hiérarchie gouvernementale jusqu’au vice-ministre de la Défense pour trouver un militaire…Mais personne n’était dupe, et surtout pas le peuple algérien : c’est ce sous ministre, dont la véritable fonction, il est vrai, est celle de Chef d’Etat-Major de l’Armée, qui est le véritable « big boss » du système et qui, avec sa camarilla de généraux quadrillant le pays et dirigeant les redoutables services de renseignements, manipule d’une main de fer les différents tenants des pouvoirs constitutionnels : exécutif , législatif et judiciaire…

Cette déferlante du hirak, spontanée et non violente, a finalement été mise en échec par la conjonction d’une répression brutale, de poursuites judiciaires iniques et, surtout de l’instauration de l’Etat d’Urgence Sanitaire due au Covid 19 qui interdisait les rassemblements sur la voie publique. Mais ce n’est probablement que partie remise…
L’Algérie est donc revenue à ses vieux démons ; qui remontent (pour faire court et ne pas trop entrer dans le détail), à 1965, quand le Colonel Boumediene et les 50.000 hommes de « l’Armée des Frontières » (qui étaient devenus le noyau dur de l’Armée Algérienne,) ont bouter dehors sans ménagement le Président Ben Bella pour prendre sa place et instaurer un régime militaire au vu et au su de tous, et ce en totale contradiction avec les résolutions du Congrès fondateur de la Soummam (août 1956), qui avait, noir sur blanc, décrété que le civil aurait la prééminence sur le militaire dans la future Algérie indépendante.

Il est vrai que durant ses 13 ans de dictature absolue, Boumediene n’est jamais apparu en tenue militaire (à ce que je sache)…mais l’habit ne fait pas, et ne défait pas le troufion. Restaient la justification et la pérennisation de ce régime militaire, aux yeux du peuple algérien et de la communauté internationale. En réalité, la communauté internationale importait peu au pouvoir algérien de l’époque, tout auréolé qu’il était de sa Révolution qui inspirait, à juste titre, le respect et l’admiration ; outre le fait qu’il s’était rangé sans complexes sous la bannière de cette mouvance dite « progressiste » prosoviétique qui avait le vent en poupe au sein du Tiers Monde…

Mais quid du peuple algérien ?

Justement, le slogan tonitruant des foules hirakistes qui battirent le pavé durant deux ans fut la preuve irréfutable de l’échec sans appel d’une vaste supercherie que la nomenklatura militaire s’évertue à faire perdurer jusqu’à aujourd’hui, avec des hauts et des bas, et ce depuis soixante longues années…Pour remettre les choses dans leur contexte, il y a lieu de rappeler que le peuple algérien fut incontestablement le véritable héros de la lutte de libération, et c’est dans ses rangs que se comptent les centaines de milliers de victimes tombés au champ d’honneur ( les Chouhadas ), alors que Boumediene (et la poignée de ses sbires qui n’ont jamais tiré une seule balle) était planqué à Oujda, contrôlant
« l’Armée des Frontières ».

La population, dont une bonne partie avait tout perdu durant la guerre, attendait de bon droit la réalisation des objectifs socio-politiques de l’indépendance, en termes de dignité, de démocratie, de libertés publiques et individuelles, et de partage équitable des richesses nationales, tous ces objectifs n’étant, à l’évidence, pas du ressort de l’Armée, dont le rôle, à travers le monde, est la défense des frontières…Dès lors, le régime militaire se devait de démontrer, rubis sur l’ongle, que les frontières étaient menacées, que la nation était en péril, en raison de l’existence d’un ennemi extérieur…Le mot était lâché…Le filon était trouvé. Et la supercherie fut mise en branle…Tant qu’il y aurait un ennemi extérieur, il y aurait un besoin impératif de défendre la patrie, dans son essence et son existence. Ce qui implique obligatoirement un pouvoir fort, déterminé et expérimenté ; à savoir l’Armée Nationale Populaire (ANP), digne et légitime héritière de l’Armée de Libération Nationale (ALN), disent –ils…

Les prémices de l’existence de cet Ennemi Extérieur ne tardèrent pas à apparaître quand, au lendemain de l’indépendance, l’éphémère Président Ben Bella refusa d’honorer les engagements officiels de l’ancien Président du Gouvernement Provisoire de Algérien (GPRA), Ferhat Abbas, relatifs à la révision du tracé des frontières que le Maroc avait refusé de négocier avec la France à la veille de l’indépendance de l’Algérie. Au lieu d’ouvrir le débat, l’Algérie catalogua le Maroc comme ennemi de l’intégrité territoriale d’un pays qui avait récupéré cette intégrité au prix de sacrifices inouïs, et afficha une hostilité démesurée envers ce voisin qui l’avait soutenu bec et ongles durant sa révolution.

Cette hostilité alla crescendo jusqu’au déclenchement de « la Guerre des Sables » (1963 – 1964), initiée par les Algériens et qui s’est soldée par leur défaite, mais que le Maroc n’a pas exploitée politiquement. Cette défaite conforta les chefs militaires algériens dans cette doctrine fantasmagorique de l’ennemi extérieur, érigée par la suite en un véritable sacerdoce, aidés en cela par un enchaînement des faits, calamiteux pour la nation, mais salutaires pour le régime qui la servit matin et soir, jusqu’à la nausée, à son opinion publique qui devait, coûte que coûte, être persuadée de la nécessité impérieuse du maintien du régime militaire comme ultime barrière contre cet infâme ennemi extérieur…

Deuxième volet du plaidoyer : la victimisation. Ainsi, l’Algérie de Boumediene, ou pour être plus juste : le régime boumédieniste dans son éclosion, s’est présenté comme une admirable oasis de liberté et de démocratie, injustement attaquée de toutes parts par le « Régime Makhzénien », réactionnaire et liberticide…

Mais le Maroc n’avait aucune velléité belliqueuse envers l’Algérie et se préoccupait en priorité à parachever son intégrité territoriale et à assurer son développement socioculturel. Après avoir libéré Sidi Ifni de la colonisation espagnole en 1969, le Maroc réitère avec force auprès des Nations unies ses revendications territoriales sur le Sahara Occidental, occupé par le même colonialisme espagnol. Dans un premier temps, Boumediene a fait semblant de soutenir les revendications marocaines, mais très vite, il s’allia avec l’autre anti-marocain pathologique de la région : le Libyen Mouamar Kadhafi, pour mettre en échec les « visées expansionnistes »de cet ennemi extérieur majeur qui risquait de devenir trop gros, et donc incontrôlable… Et le polisario vit le jour, avec sa poussette pour les sorties : la RASD (République Arabe Sahraouie), grosse coquille vide…Après l’Arrêt de la Cour de Justice Internationale, la Marche verte et la signature des Accords de Madrid mettant fin à l’occupation espagnole du Sahara, l’Algérie et ses alliés mirent le feu aux poudres et affrontèrent le Maroc par deux fois à Amgala, à l’intérieur même du Sahara.

Encore une fois la voie des armes s’avéra inopérante et la rancune contre « l’ennemi extérieur » se transforma en haine tenace. Les chocs pétroliers de 1974 et 1978 firent couler les pétrodollars à flots dans les caisses de l’Algérie et lui permirent de conclure des contrats colossaux d’armement avec l‘URSS et de céder gracieusement au polisario la vielle quincaillerie datant de la guerre d’indépendance avec laquelle les mercenaires paradèrent fièrement, en arborant leur bannière concoctée sur la base d’un double sacrilège : sacrilège envers le drapeau des moudjahidines algériens et sacrilège envers celui des militants palestiniens.

Après la mort de Boumediene en décembre 1978, son successeur, Chadli Bendjedid, un militaire issu des rangs de l’Armée de Libération et ancien SG du FLN, essaya timidement de redresser la barre en se rapprochant de l’Occident, en instaurant le multipartisme et en desserrant quelque peu l’étau sur les libertés et les droits de l’homme. Malheureusement, ces mesures se voulant conciliantes et apaisantes produisirent l’inverse des effets escomptés parce qu’il avait oublié le volet social, poursuivant aveuglement la politique du tout – importation, des produits de consommation courante aux produits industriels et aux équipements, tuant dans l’œuf les possibilités de développement de l’Agriculture et de l’Industrie, et aggravant par là-même le chômage et le sous-emploi.

Le coup de pouce donné aux libertés publiques incita les citoyens désœuvrés et démunis à sortir en masses manifester leur ras le bol, et le multipartisme ouvrit la voie à la création de nouvelles formations politiques, dont un parti islamiste, le « Front Islamique du Salut » (FIS) qui se développa et prospéra à grande vitesse sur le terreau de la frustration, de la hogra et de la misère. Aux élections législatives de 1991, le FIS rafla dès le 1er tour 47% des voix, ce qui le mettait en capacité de remporter la majorité absolue, voire celle des deux tiers au second tour. Un vent de panique s’engouffra dans les arcanes du pouvoir militaire qui força le Président à annuler purement et simplement le scrutin et à démissionner avant d’être assigné à résidence.

Loin de se laisser faire, les Islamistes prirent le maquis et entrèrent dans une lutte armée ouverte avec le régime. Les confrontations durèrent près de 12 ans, prenant l’allure d’une véritable boucherie qui se solda par près de 200.000 morts. Durant cette terrible « décennie noire », il n’était plus question d’ennemi extérieur…

Puis vint ce renard politique oujdi : Abdelaziz Bouteflika, qui fut pendant 13 ans un fringant Président qui s’attacha à panser les plaies de la guerre civile, en grignotant au passage quelques prérogatives de l’Etat- Major, avant de se transformer, pendant 6 ans, pour cause d’AVC, en Président zombie en chaise roulante,. En réalité, cette santé dégradée du chef de l’Etat faisant parfaitement l’affaire des gradés qui retournèrent à leurs sports favoris : la corruption et les règlements de comptes entre factions rivales, qui étaient tout, sauf des ennemis extérieurs…

Entre temps, « l’affaire du Sahara » poursuivait son bonhomme de chemin aux Nations Unies, avec une succession de Secrétaires Généraux et de Représentants Personnels comptant dans leurs rangs le mal luné, le mal informé, le partial, l’incompétent, l’insensible, mais aussi le sérieux, le curieux, l’intello, l’impartial, l’objectif et l’homme de bonne volonté (plusieurs défauts pour plusieurs qualités pouvant coexister chez une même personne…). Progressivement, les thèses marocaines gagnent du terrain à l’intérieur et à l’extérieur de l’ONU, avec la prorogation, d’année en année, du déploiement de la MINURSO sur le terrain.

A propos de cette MINURSO, j’estime que les Autorité marocaines devraient signaler à M. Gutteres que ce sigle comporte un « R » de trop. Déjà, à l’origine, en 1991, ce « R » était déjà de trop, car MINURSO veut dire Mission des Nations pour le Réferendum au Sahara Occidental, alors qu’il s’il s’agit d’une mission de maintien de la paix qui ne saurait s’occuper directement ou indirectement d’une opération électorale. Cette incohérence est encore plus flagrante aujourd’hui, étant donné que le fameux référendum est mort et enterré, d’autant que nul scrutin ne saurait être organisé sans listes électorales, sachant que les pauvres hères des camps de Tindouf n’ont jamais été identifiés, recensés et enregistrés, en raison du refus catégorique inébranlable de leurs garde-chiourmes, et ce pour des raisons faciles à comprendre…

S’agissant de la « Nouvelle Algérie » de MM. Chengriha et Tebboune, il faut avouer qu’on a rarement vu une telle accumulation d’incompétence et d’entêtement dans l’erreur qui débouchent continuellement sur des actions erratiques et des discours décousus, où surgit à tout bout champ et hors de propos, comme un disque rayé, l’évocation de cet ennemi extérieur dont l’ombre effrayante semble hanter les couloirs des casernes, des ministères et même des réseaux sociaux; le tout au grand dam du peuple qui ne cesse d’ahaner sous le joug de cette fripouille.
Pour conclure, j’ose dire que bientôt, quand le dossier du Sahara sera définitivement plié, quand la fable de « l’ennemi extérieur » aura lassé la galerie, et quand l’Etat d’urgence sanitaire aura été levé, les militaires se retrouveront en tête à tête et face à face avec celui qui leur cause des sueurs froides, celui qui connait et honnit leurs magouilles et leurs passe-droits, leur véritable ennemi, mais de l’intérieur: le peuple!
Iront-ils jusqu’à réclamer, pour rester en place, qu’on leur change de peuple ?…

Source: maroc-diplomatique

Bouton retour en haut de la page