42 manifestants arrêtés en Mauritanie, liberés

19757668lpw 19760463 article jpg 6716341 660x281 1
19757668lpw 19760463 article jpg 6716341 660x281 1


Des femmes veuves et leurs enfants ont organisé des manifestations demandant justice pour les victimes des crimes commis de 1989-1991, au cours desquelles des dizaines ont été arrêtées avant-hier et libérées le même jour.

« Le nombre de personnes arrêtées était de 42, deux à Bababa (sud) et le reste à Nouakchott », a déclaré à l’AFP, Lala Aicha, du Forum des organisations nationales des droits de l’homme (FONAD).

«Nous voulions exprimer notre chagrin, revendiquer nos droits à la justice et recevoir une compensation», a déclaré Dia Alassane, co-organisateur de la mobilisation.

« Notre marche a été pacifique, comme la prévoient la loi et la Constitution, qui garantissent la liberté d’expression », a-t-il contré l’argument de la police selon lequel la mobilisation s’est déroulée sans autorisation.

Les manifestants demandent la fin de l’amnistie de 1993 accordée aux auteurs présumés de crimes commis pendant les deux ans de conflit entre les Noirs, les Arabes et les Berbères en Mauritanie.

« L’impunité doit cesser, les Maures doivent pouvoir (…) réfléchir à la façon dont ils vont vivre ensemble », a déclaré Alassane.

Mohamed Old Abdel Aziz, l’ancien président du pays (2008-2019), s’était excusé auprès des victimes des émeutes de 1989-1991, mais les groupes de défense des droits humains ont exigé que les responsables soient tenus pour responsables.

De 1989 à 1991, des dizaines de milliers de Maures noirs ont fui ou ont été expulsés de leur pays après que des troubles ethniques ont éclaté à l’époque de l’ancien président Mauia Old Taia (1984-2005). Les réfugiés ont été principalement accueillis par deux pays voisins, le Sénégal et le Mali.

Après avoir été accusés d’avoir comploté un coup d’État, 28 soldats négro-africains ont été pendus le 28 novembre 1990, jour du 30e anniversaire de l’indépendance. Les personnes arrêtées samedi leur ont rendu hommage durant la manifestation.

La Mauritanie, vaste pays couvert par un désert entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, compte environ quatre millions d’habitants, appartenant à diverses tribus et ethnies: Arabes, Blancs, Noirs d’Afrique subsaharienne, métissés.

Ces habitants ont aujourd’hui une occasion qu’ils doivent saisir pour que chaque mauritanien ne soit laissé pour compte.