Atelier sur l’entretien et l’évaluation du patrimoine culturel immatériel

1200px Kaedicenter
1200px Kaedicenter

Le wali du Gorgol, M. Ahmedna Ould Sid’Ebbe, a supervisé, vendredi, dans la moughataa de Kaédi, l’ouverture d’un atelier de formation pour renforcer la capacité des ONG dans le domaine de la préservation du patrimoine culturel immatériel.

L’atelier de six jours a été organisé par le Conservatoire national du patrimoine et de la culture, relevant du ministère de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement, au profit de 30 acteurs civils venus de toutes les wilayas du pays.

L’atelier vise à former et à encadrer les militants de certaines organisations de la société civile afin de préserver et de valoriser le patrimoine culturel immatériel, qui est représenté par toutes les formes d’expression, de connaissances et de compétences que les groupes, et même les individus, considèrent comme faisant partie de leur patrimoine culturel, tels que la poésie, la musique, le folklore populaire, l’artisanat, etc.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le wali du Gorgol a souligné que le maintien et la préservation du patrimoine culturel national est l’une des priorités du programme «Taahoudati» du Président de la République, Son Excellence M. Mohammed Ould Cheikh El Ghazouani. Pour ce faire, le secteur a, d’ors et déjà, mis en œuvre plusieurs plans et initiatives pour préserver et conserver les composantes du patrimoine culturel, dans ses pans matériel et immatériel.

Il a ajouté que la formation des acteurs dans le domaine culturel sur une évaluation objective globale des concepts patrimoniaux et l’activation de la dimension de valorisation est une étape importante pour promouvoir la culture en tant que profession, identité et accumulation d’expériences sociales riches.

Pour sa part, le conservateur national du patrimoine et de la culture, M. Nami Ould Salihi, a exprimé l’espoir que l’atelier contribuera à dépoussiérer les mécanisations de nos valeurs culturelles et à refléter la diversité culturelle, ainsi que la richesse de la dimension morale de notre patrimoine commun.

Il a souligné que la signature par notre pays de divers accords et traités internationaux sur l’évaluation du patrimoine immatériel est un point essentiel pour atteindre les objectifs du secteur et renforcer le partenariat avec la communauté internationale pour développer et promouvoir les acquis et ajouter d’autres projets en faveur du travail culturel et de son remarquable symbolisme sémantique.

L’atelier a été ouvert en présence du hakem de la moughataa de Kaédi, M. Lebat Ould El Mokhtar, du maire de la commune, Tahara Baradji, et des dirigeants des autorités sécuritaires de la wilaya.